Médias

17 février 2011 10:32; Act: 22.02.2011 18:59 Print

Décaillet séduit par un projet conservateur

Avec Uli Windisch et Philippe Barraud, le journaliste genevois souhaite participer au développement d'une plate-forme multimédia néo-conservatrice. Le but: fédérer ce courant de pensée en Suisse romande.

Une faute?

Trois personnalités du paysage médiatique romand sont intéressées à créer le pendant de la «Weltwoche» en Suisse romande. Selon «Le Temps», il s'agit des journalistes Pascal Décaillet et Philippe Barraud, ainsi que du professeur de l'Université de Genève Uli Windisch, qui est à l'origine du projet.

Selon «Le Courrier» et «L'Express», l'idée est de réunir, sous la forme d'une plate-forme multimédia, la droite conservatrice romande. Une étiquette politique que nuance le professeur genevois, affirmant militer pour «un mouvement de pensée anti-politiquement correcte».

Pascal Décaillet et Philippe Barraud se disent déjà intéressés par l'aventure. Le Genevois et le Vaudois fonctionnent en réseau à travers leur support commun (blog, sites internet, éditos). La presse prête au premier un rôle de locomotive et de fournisseur, alors que le second pourrait être nommé rédacteur en chef. Une information démentie par Uli Windisch: «Il n' a jamais été question de nommer un rédacteur en chef», a-t-il précisé à «20 minutes».

Le professeur a élaboré un budget annuel de 331'000 francs et peut déjà compter sur l'appui de deux sponsors. Une liste d'une septantaine de personnalités pressenties pour participer à la plate-forme en qualité d'intervenants potentiels a été dressée. «Quatre d'entre elles ont décliné l'invitation», précise Ueli Windisch, qui déplore la diffusion des noms des «papables» dans les médias.

(rle/phf)