Genève

31 juillet 2014 16:28; Act: 31.07.2014 16:36 Print

Des «food trucks» pour animer le domaine public

Dès la rentrée, six camions de restauration proposeront leurs mets à l'emporter sur six places de la ville de Genève.

Une faute?

La municipalité a sélectionné ces cuisines ambulantes parmi une trentaine de candidats qui ont répondu à un appel d'offres. Son objectif: rendre le domaine public plus convivial.

Du lundi au samedi de 11h00 à 14h30, ces véhicules se répartiront à tour de rôle entre les places Bel-Air, Augustins, de Hollande, Pré-l'Evêque, Simon-Goulart et des Chaumettes. Le nom des six lauréats n'est pas encore public, mais Guillaume Barazzone, en charge du Département de l«environnement urbain et de la sécurité dévoile leurs concepts.

Nourriture mexicaine, hamburgers, mets eurasiens, pâtes fraîches ou encore repas légers seront proposés par les «food trucks». Un ancien chef d'un restaurant connu s'est également lancé dans l'aventure avec des plats du jour variés, indique M.Barazzone.

La Ville de Genève a exigé dans le cahier des charges l'utilisation de produits locaux et des prix abordables. Autre contrainte: les repas à l'emporter doivent être cuisinés dans le véhicule. Exit donc les paninis tout-prêts, réchauffés et vendus en sachets.

La Ville de Genève a insisté non seulement sur la qualité gastronomique mais aussi sur l'originalité des véhicules. Les Genevois découvriront ainsi prochainement une caravane argentée, tout droit sortie de l'univers américain des 60's.

Pour une ville conviviale

Installés depuis quelques années en milieu urbain, les «food trucks» répondent à une énorme demande du public dont les habitudes de consommation ont changé, relève M.Barazzone. Une poignée d'entre eux a réussi à obtenir un emplacement fixe sur des marchés, mais la plupart doivent se rabattre sur des emplacements privés.

En mettant six emplacements à disposition, la Ville de Genève répond également aux besoins de ces exploitants. Au-delà de cet aspect, le magistrat PDC veut mener une réflexion plus globale sur l'utilisation du domaine public en proposant ce type d'activités commerciales. Ces dernières contribuent à rendre la ville conviviale, estime M.Barazzone.

Des «privilégiés»

A Lausanne aussi, ces cuisines mobiles se multiplient, notamment sur la place de la Riponne. Mais leur installation sollicitée par les autorités n'est pas du goût de GastroVaud, l'association vaudoise des cafetiers, restaurateurs et hôteliers. Selon son directeur, Gilles Meystre, de nombreux restaurateurs considèrent ces nouveaux exploitants comme des privilégiés.

En cause notamment, la TVA de 2,5% pour la vente à l'emporter contre 8% dans un restaurant, selon M.Meystre. D'autres estiment au contraire que cette nouvelle concurrence les pousse à améliorer leur offre.

Des incertitudes

A Genève, afin d'éviter cette concurrence, la Ville a fait attention à sélectionner des places fréquentées «mais avec peu de restaurants tout proches», indique M.Barazzone. Et contrairement à Lausanne, les exploitants de «food trucks» doivent être au bénéfice du certificat cantonal de capacité de cafetier-restaurateur.

Reste à savoir maintenant si les six lauréats s'en sortiront économiquement. En effet, l'acquisition d'un «food truck» peut aller jusqu'à plus de 100'000 francs selon le modèle. A cette charge, s'ajoute la taxe pour l'utilisation du domaine public. La météo sera également un facteur déterminant. Ils ont deux ans et demi pour réussir leur pari, soit la durée d'exploitation accordée par la Ville.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Floooo le 31.07.2014 18:26 Report dénoncer ce commentaire

    GastroSuisse

    GastroSuisse ferait mieux de s'occuper de faire en sorte qu'on soit bien accueilli dans un restaurant. Tout le monde s'étonne de la crise dans la restauration, mais rares sont les restaurants où l'on mange mieux que chez soit ou au macdo ou autre fastfood, rares sont les restaurants où l'est bien accueilli... Et faut pas faire croire qu'une différence de 6% de TVA est responsable de quoi que ce soit... D'autant plus que la différence, c'est censé être justement le service et laccueil.

  • Gleumas le 31.07.2014 17:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les emballages...

    L'idée est alléchante, mais quelle sera la réponse à l'augmentations des déchets abandonnés sur le domaine publique (littering)?

  • Rösti le 31.07.2014 17:13 Report dénoncer ce commentaire

    Attendons de voir !

    Espérons qu'ils donnent la priorité aux food-trucks helvétiques...

Les derniers commentaires

  • idem le 01.08.2014 10:06 Report dénoncer ce commentaire

    benvoyons

    Pas assez de bouffe dans ce canton?

  • nicolas le 31.07.2014 20:09 Report dénoncer ce commentaire

    SERVICE MINIMUM POUR GENEVE

    C'est un début!Toutefois,animer la ville de 11h30 à 14h30 LES JOURS OUVRABLES,heures ou celle-ci est déjà bien VIVANTE ne va pas rendre GENEVE PLUS ACCUEILLANTE et AMUSANTE le SOIR,LES JOURS FERIES ET LE DIMANCHE.FAUT PAS TROP EN DEMANDER CAR ON EST A GENF LES BAINS VILLE DU MINIMUM SYNDICAL.

  • Floooo le 31.07.2014 18:26 Report dénoncer ce commentaire

    GastroSuisse

    GastroSuisse ferait mieux de s'occuper de faire en sorte qu'on soit bien accueilli dans un restaurant. Tout le monde s'étonne de la crise dans la restauration, mais rares sont les restaurants où l'on mange mieux que chez soit ou au macdo ou autre fastfood, rares sont les restaurants où l'est bien accueilli... Et faut pas faire croire qu'une différence de 6% de TVA est responsable de quoi que ce soit... D'autant plus que la différence, c'est censé être justement le service et laccueil.

    • Madd le 01.08.2014 11:09 Report dénoncer ce commentaire

      byby Genève

      tout à fait ! je ne sors plus à Genève pour ça. L'accueil est détestable et le sens du service réduit à du minimum syndical. Le tout assaisonné d'une taxe de parcage de 8.- (ou d'une buche faute de mieux), de roms qui veulent te laver les vitres et d'un parcours du combattant pour se déplacer, je préfère nettement aller plus loin dans la campagne manger pour moins cher et passer un vrai bon moment.

  • pyack leguerier le 31.07.2014 18:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    prennez exemple

    plus de ville, prennez exemple sur Geneve

  • Madame le 31.07.2014 18:14 Report dénoncer ce commentaire

    Bien

    et que penser des déchets qui se retrouveront par terre?