Genève

04 avril 2016 15:38; Act: 04.04.2016 18:53 Print

Des Poursuites au ralenti après un arrêt de 15 jours

par David Ramseyer - Bug informatique, files d’attente et usagers renvoyés chez eux: après une fermeture prolongée, cet office cantonal a vécu un redémarrage difficile.

storybild

Les entrées ont été filtrées lundi toute la journée devant l'Office des poursuites, à la rue du Stand. (Photo: dra)

Une faute?

A 13h45, Shadia a abandonné: «Il y a 44 personnes avant moi, on m'a dit qu'il y avait trois heures d'attente alors que l'Office des poursuites ferme à 15h30... C'est mort.» La jeune femme reviendra donc un autre jour, tout comme Orlando. «J'ai pris congé ce lundi pour retirer une attestation de poursuite car je cherche un appartement. J'espère que mon patron sera compréhensif et que je pourrai repasser demain (ndlr; mardi).» En début d'après-midi, de nombreuses personnes étaient prévenues à l'entrée qu'à moins d'avoir un ticket d'attente, le service «était fermé» pour elles en raison de délais trop importants.

Guichets en rade

Clos deux semaines afin d'effectuer une importante migration informatique, l'Office des poursuites (OP) a vécu une rentrée compliquée ce lundi. Certes, ce dernier avait prévu qu'il y aurait du monde en ouvrant une demi-heure plus tôt que d'habitude et en engageant des agents pour filtrer la foule des usagers. Mais il n'avait pas anticipé un bug informatique qui a mis hors service quatre des sept guichets pendant une heure.« On a fait le maximum, assure Maurizio Riccio, directeur financier de l'OP. Le personnel était très impliqué, il n'a pas pris de pause à midi par exemple.»

L’administration explique aussi qu'il a fallu prendre du temps pour expliquer quelques nouveautés en vigueur depuis ce lundi. Notamment la possibilité de payer certaines prestations par internet... pour éviter de faire la queue.

Flot continu des usagers

S'il admet une communication «perfectible», le préposé à l'office se défend d’un manque d’anticipation et de préparation de son service. Mis à part la panne informatique, forcément, «on a prévu tout ce qui pouvait l'être, affirme Philippe Dufey. Mais après deux semaines de fermeture, il n'était pas possible d'éviter une affluence importante des usagers. Le flux a été continu et nous avons enregistré une hausse de la fréquentation de près de 25% par rapport à la moyenne.» Pour raisons de sécurité, les lieux ne peuvent contenir plus de 100 personnes à la fois, précise l'Office. Ce dernier escompte que tout rentrera dans l'ordre dès mardi.