Genève

03 juillet 2014 07:00; Act: 03.07.2014 07:34 Print

Des centaines de bambins privés de cantine scolaire

par Jérôme Faas - Malgré les demandes de la Ville, deux associations n’ont pas servi de repas lors des derniers jours de classe.

storybild

Quelque 1700 menus n'ont pas été fournis aux élèves. (Photo: TA / Patrick Gutenberg)

Une faute?

Obligés de venir à l’école, mais sevrés de plats cuisinés. Jeudi et vendredi passés, les élèves de primaire des Genêts, de Budé et de l’Europe ont été priés d’apporter des sandwiches pour midi: les restaurants censés les nourrir s’étaient mis «en vacances» dès le milieu de la semaine.

Par le passé, c’était la norme: après les promotions des petits (1P-4P), le mercredi, l’absence des enfants était tolérée. Mais cette année, le Département de l’instruction publique a serré la vis. La présence des écoliers était exigée jusqu’à la dernière minute. Ils s’y sont pliés, au contraire de certaines associations de cuisines scolaires.

«Nous avons formellement demandé à chacune d’elles d’assurer le service jusqu’au vendredi», assure pourtant Manuela Pasquali, porte-parole du Département municipal de la cohésion sociale, qui constate que «deux sur treize ne l’ont pas fait». Les communes, qui chapeautent le processus, peuvent en effet suggérer, pas forcer. En l’occurrence, un courrier a été envoyé en janvier, suivi d’un rappel en mai.

L’association du restaurant scolaire de Trembley-Crêts-Budé-Genêts, elle, explique avoir été avertie trop tard. «Notre comptabilité s’arrête au mardi. Il aurait fallu adresser une lettre à tous les parents pour leur faire payer ces deux repas. C’était trop compliqué. Mais les locaux étaient bien sûr ouverts et le personnel présent pour accueillir les enfants. Et il est clair que dès l’an prochain, les repas seront servis jusqu’au vendredi.»