Genève

22 juillet 2014 11:53; Act: 22.07.2014 11:53 Print

Des concierges pour une meilleure sécurité

Le maire socialiste de Vernier (GE) entend convaincre gérances et propriétaires de réinstaller des gardiens dans les immeubles. Une idée accueillie plutôt favorablement.

Une faute?

Les concierges jouent un rôle important dans la lutte contre le sentiment d'insécurité et les incivilités, estime Thierry Apothéloz. A Vernier, comme dans le canton, 50% des sondés disent ressentir un sentiment d'insécurité en fin de soirée, selon le Diagnostic local de sécurité. Les effectifs de la police de proximité ont été doublés à Vernier depuis 2007. Mais la police elle-même dit qu'elle ne peut pas tout faire, qu'elle a besoin des acteurs sociaux, relève le maire.

Selon lui, un maillon manque dans ce partenariat: le concierge. Son cahier des charges est indispensable pour renforcer la sécurité. Il nettoie les immeubles, signale les tags, connaît les habitants, a un regard sur l'immeuble, soutient les personnes isolées ou encore garde un oeil sur les jeunes prêts à en découdre ou à faire des bêtises. Il peut appeler les forces de police si besoin. Or toutes ces fonctions importantes disparaissent au profit des entreprises de nettoyage. Elles travaillent bien, mais ne sont là qu'une fois par semaine, relève le socialiste.

La police genevoise souligne aussi que les concierges sont un élément-clé dans la cohésion sociale. Le concierge fait partie intégrante de la sécurité de proximité et apporte un meilleur sentiment de sécurité aux locataires, ajoute un porte-parole.

Deux axes

Thierry Apothéloz envisage d'agir sur deux axes. D'abord se mettre autour d'une table avec les régies et les propriétaires et discuter. «On va probablement me rétorquer que cela a un coût qui sera répercuté sur les locataires. Mais quand les concierges ont été éliminés des immeubles, l'économie n'est pas allée dans la poche des locataires», note le magistrat. D'autre part, le maire a lancé une recherche juridique pour savoir comment contraindre au maximum les gérances à doter les immeubles de concierges. «L'autonomie des communes est très faible en la matière», analyse-t-il.

La question se pose pour les immeubles actuels mais aussi futurs. Lors de constructions de nouveaux logements à Vernier, M. Apothéloz proposera à l'exécutif de prévoir des services de conciergerie. «On exige bien des promoteurs qu'ils mettent des bennes pour les gravats. Des efforts pourraient aussi être faits dans ce sens», relève-t-il.

Régies favorables

«Vouloir remettre des concierges dans les immeubles est une très bonne idée», réagit Philippe Angelozzi, secrétaire général de l'Union suisse des professionnels de l'immobilier (USPI) à Genève, qui représente les régies. «Cela donne une sécurité et améliore les rapports de voisinage. Ils donnent en quelque sorte une âme à l'immeuble.»

Les régies encouragent l'engagement de concierges, mais elles ne peuvent obliger les propriétaires à le faire. Or les entreprises de nettoyage coûtent moins cher. «Mais les propriétaires ne se séparent pas des concierges pour faire un maximum de profit. Ils sont tenus de cadrer leurs coûts», explique le secrétaire général. Et d'imaginer la piste d'une incitation fiscale pour qu'ils privilégient un système de conciergerie in situ.

(ats)