Genève

04 juin 2014 20:26; Act: 04.06.2014 21:01 Print

Des élus veulent des potagers sur les toits

par Thomas Piffaretti - Végétaliser le sommet des immeubles est une idée qui plaît au bout du lac. L’argent reste une entrave.

Une faute?

Tokyo, New York ou encore Paris s’y sont mises. Alors pourquoi pas Genève? La mode est à l’appropriation des toits d’immeubles par la population, sous la forme de jardins suspendus ou de potagers. Une motion signée par l’ensemble des partis représentés au Grand Conseil, sauf Verts et PLR, demande à l’Etat de promouvoir la végétalisation des toitures. Un phénomène encore rare en Suisse. «Le solaire, c’est important, mais il faut aussi penser aux loisirs», souffle la députée UDC Christina Meissner.

Le Canton n’est pas réfractaire à l’idée, bien au contraire. Pour le moment, seule une part marginale des espaces disponibles sont exploités, mais leur nombre devrait grossir rapidement. «Dans un canton comme Genève, la surface est bientôt le bien qui fait le plus défaut. On doit réussir à optimiser chaque mètre carré, commente Sébastien Beuchat, chef de la Direction cantonale du paysage. L’utilisation des toits fait donc partie d’une réflexion globale avec des enjeux relatifs à diverses politiques publiques. Les réflexions sur leur utilisation participent à la définition de la qualité de la vie en ville de demain.»

Une subvention prenant en charge jusqu’à 50% des coûts d’installation peut d’ailleurs être sollicitée pour des projets répondant à certains critères stricts. Car le nerf de la guerre reste l’argent. Facturées entre 30 et 100 fr. le mètre carré, ces structures ont une répercussion sur les loyers. Et là où l’Etat contrôle les prix des logements, soit de 60 à 80% des nouvelles constructions, ces aménagements seraient impossibles, assure la Chambre genevoise immobilière.

Quant à la proposition de Christina Meissner de réaliser des sites de production de légumes au sommet des bâtiments, l’Union maraîchère n’y croit guère. «C’est une très jolie utopie, reconnaît son directeur Jacques Blondin. Mais elle ne correspond pas à une réalité économique.» Le prix de la carotte y serait doublé.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marco le 04.06.2014 21:24 Report dénoncer ce commentaire

    Qui les a élus

    Nos élus confirment qu'ils ne servent à rien...il y a tellement de choses à résoudre avant de s'attaquer à de futilités comme ça!!!

  • Roger le 04.06.2014 22:49 Report dénoncer ce commentaire

    Pas le temps

    On es pas capable d'acheter un bac avec une plante de basilic pour le mettre sur le balcon.. vous pensez qu'on va sur les toits s'occuper des légumes?

  • JM le 04.06.2014 23:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    libèrer l'espace

    Quand on voit déja l'espace gaspillé en bas des immeuble ou l'ont pourrai crée des potagers pour les habitants faite moi rire.

Les derniers commentaires

  • svizzer le 06.06.2014 09:04 Report dénoncer ce commentaire

    Le Must Bains des Paquis

    Je trouve que Genàve a bien changé pas du tout progressiste, passéiste face a L'europole de Courtrai, ou le Nord Scandinave , beaucoup de commerces a remettre autout de la gare, manque de vie a part dans les lieux touristiques et le magnifique quartier des Nations Voie Creuse Jardin Botanique ou Paquis, je déteste la Rue du Rhone mal fréquentée mais c'est quand même plus vivant que les villes d'Aarau, Neuchâtel, les 2 pires sans doute ou Goschenen ou Thun mais peu faire mieux, et avec tout les cases postales Off shores qui vont fermer l'avenir n'est pas rose peu d' éthique etc

  • PommePoire le 05.06.2014 08:45 Report dénoncer ce commentaire

    J'imagine les discours des politiciens :

    "C'est bon, à Genève on a résolu tous les autres problèmes. Logements abondants, circulation fluide, criminalité nulle, reste plus que le très gros dossier pour les 10 prochaines années, comment avoir des potagers partout." --> Quand on peut sappuyer sur des victoires faciles et futiles pour justifier notre présence au GC. Pendant ce temps la les gros dossiers attendent.

  • Haddock le 05.06.2014 08:22 Report dénoncer ce commentaire

    Miam

    Légumes au gaz d'échappement saupoudrés de particules fines... que demander de plus?

  • Ben le 05.06.2014 08:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous pouvez le faire

    Il y a toujours mieux à faire, alirs commençons par quelque part. très bonne idée que ces potagers sur les toits. Mais je comprends que le "consommer local" face peur aux genevois !

  • Jidé le 05.06.2014 07:56 Report dénoncer ce commentaire

    Priorité absolue ?

    C'est vrai qu'il y a pas de choses plus importantes à Genève: plus haut taux de chômage et de criminalité de Suisse, impôts qui nuisent à la classe moyenne et pauvre, l'argent du contribuable délapidé parfois pour des futilités, et là, la presse qui parle jardinage sur les toits... Que les gens qui veulent jardiner le fassent, point barre, pas besoin d'un article. Ridicule