Suisse romande

16 octobre 2019 15:33; Act: 17.10.2019 09:29 Print

Des mécènes en soutien à la diversité des médias

Nouvellement créée, la Fondation Aventinus vise à financer des projets journalistiques «de qualité», via des dons, voire des prises de participation.

storybild

(Photo: dra)

Une faute?

«Confrontée aux mutations économiques et aux effets de la transition digitale, la presse traverse une période de transformation délicate, menaçant sa qualité et sa diversité, voire même l'existence de certains médias.» Un constat qui a valeur d'acte de naissance pour la Fondation Aventinus, créée le 7 octobre dernier à Genève. Ces dernières années, le paysage médiatique romand a été marqué par d'importantes difficultés financières, dans certains titres, et des vagues de suppressions d'emplois.

Argent versé pour qui et pour quoi?

La Fondation Aventinus, présidée par l'ancien conseiller d'Etat genevois François Longchamp, entend oeuvrer en faveur de la diversité médiatique romande et de projets journalistiques «de qualité» via des dons, voire des prises de participation. Son action ne vise pas à renflouer des médias en difficulté, mais plutôt à soutenir des projets spécifiques «qui doivent leur permettre de franchir un cap structurel dans le cadre de leur développement: le passage au digital pour une radio, par exemple», précise Aventinus.

Autre aide possible: celle octroyée à des projets novateurs. Ainsi, le probable premier bénéficiaire de la nouvelle fondation sera la plate-forme journalistique Geneva World News, destinée à valoriser le travail des organisations internationales basées au bout du lac. Si le projet, élaboré par le Club suisse de la presse, est retenu par la Confédération, le Canton et la Ville de Genève, il recevra 600'000 francs de la part d'Aventinus.

Reste à déterminer ce qu'est «une presse de qualité». La Fondation répond qu'il n'y a «pas de définition stricte ni de critères d'exclusion pour évaluer la qualité d'un média. Une presse de qualité se définit par son éthique, sa capacité à diversifier ses sources et à distinguer par exemple les faits des opinions, ce qui est le cas de l’essentiel de la presse romande. Il faut rester flexible, l'analyse se fera au cas par cas».

Reconnue d'utilité publique et contrôlée chaque année par les autorités, la fondation garantit que ni elle, ni les donateurs ne pourront influer sur le contenu rédactionnel et la ligne éditoriale des médias qu'elle soutiendra.

Des personnalités à la tête de la fondation

L'ex-conseillère d'Etat vaudoise Anne-Catherine Lyon, Jean-Frédéric Jauslin, qui a notamment dirigé l'Office fédéral de la culture, ainsi que le spécialiste en communication et en management Jérôme Koechlin feront partie du Conseil de fondation.

Aventinus peut recueillir des fonds auprès de donateurs privés essentiellement. Les fondations Leenaards, Jan Michalski pour l'écriture et la littérature ainsi que Hans Wilsdorf se sont déjà engagées, rejointes par des mécènes privés.

(dra/ats)