Avant la Fête de la Musique

17 mai 2011 11:17; Act: 17.05.2011 11:23 Print

Des pianos pour adoucir les moeurs à Genève

La Ville va mettre 20 pianos à disposition de tous les habitants, du 9 au 20 juin prochain. Le but est de rendre la vie plus conviviale.

storybild

L'action doit dynamiser l'espace urbain. (Photo: 20 Mionutes)

Une faute?

«Les gens discutent peu entre eux à Genève, cette opération doit les rapprocher», lance Thierry Sartoretti, coordinateur de la Fête de la Musique à Genève. En marge du grand raout musical, la Ville va rendre accessible une vingtaine de pianos, installés un peu partout sur le territoire de la commune. Le but? «Créer de la convivialité et des liens entre les habitants», explique Patrice Mugny, magistrat en charge de la culture.

Du 9 au 20 juin prochain, virtuoses comme débutants pourront ainsi s’assoir derrière le clavier et s’essayer à la musique. Les instruments prendront place sur l’espace public, comme devant l’Horloge fleurie ou sur la Jetée des Bains des Pâquis. Un site internet, sur lequel les musiciens, bons ou mauvais, pourront poster photos et vidéos de leurs exploits sera également mis à disposition.

Pianos achetés chez Emmaüs

L’opération «Jouez, je suis à vous» est l’œuvre de l’artiste britannique Luke Jerram, qui a déjà installé plus de 400 pianos de rue à travers le monde, dans des métropoles comme New York ou Sao Paolo. «Certaines personnes savent jouer mais n’ont pas accès à un instrument, d’où cette action qui rapproche par ailleurs beaucoup les gens», explique-t-il. Il raconte ainsi que par deux fois des couples se sont formés au-dessus d’un de ces pianos et ont fini l’aventure devant Monsieur le Maire.

Les instruments ont été achetés 400 francs la pièce chez Emmaüs, précise pour sa part Patrice Mugny. Des parrains et marraines surveilleront les pianos, accessibles de 9 heures à 21 heures. Ils tenteront d’éviter qu’ils ne soient abîmés par les intempéries.

Quant aux éventuelles déprédations, le conseiller administratif regrette qu’elles ne puissent se produire. «Mais c’est un risque à prendre pour rendre la culture accessible à tous», renchérit Luke Jerram, qui assure que seul un piano sur les 60 installés à New York a été endommagé.

(20 minutes)