Plan-les-Ouates

20 juin 2017 17:57; Act: 20.06.2017 20:37 Print

Deux immeubles offerts au social

par Lucie Fehlbaum - La fondation Hans Wilsdorf a acheté deux immeubles du futur Espace Tourbillon afin d'en faire profiter plusieurs institutions sociales.

storybild

En image de synthèse, le futur Espace Tourbillon qui naîtra à Plan-les-Ouates. (Photo: Swiss Prime Site)

Sur ce sujet
Une faute?

Un gros chantier a débuté ce mois dans la zone industrielle de Plan-les-Ouates (ZIPLO). D'ici à 2021, cinq bâtiments sortiront de terre, sur 95 000 mètres carrés de surface et pour un coût de 300 millions de francs. Parmi ces immeubles, qui forment un complexe nommé «Espace Tourbillon», deux ont été achetés par la fondation Hans Wilsdorf.

Grand mécène de Genève, elle les mettra à disposition d'importantes institutions sociales du canton. A savoir, le restaurant de la fondation d'insertion professionnelle PRO, la brocante du centre social protestant (CSP), les locaux de l'association Partage et les buanderies de Clair-Bois et de Trajets, concernant respectivement les personnes polyhandicapées et l'intégration sociale. Clair-Bois y installera aussi sa direction générale.

Au beau milieu de ce futur complexe commercial de standing, comprenant supermarché et salle de sport, l'intégration de structures sociales était une volonté de la part de la fondation de mécénat. «Inscrire ces entreprises dans un tissu social ordinaire permet de faire découvrir le travail extraordinaire réalisé par ces différentes entreprises sociales, s'enthousiasme Marc Maugué, secrétaire général de Hans Wilsdorf. Le restaurant et les buanderies seront ouverts à tout le monde et la brocante bénéficiera d'un nouveau public.»

L'idée de réunir ces différentes structures dans un seul immeuble vient d'un constat pratique: toutes cherchent des fonds de leur côté, pour améliorer leurs locaux ou déménager. «Plutôt qu'acheter un atelier par-ci et une usine par-là, réunir permet de créer des synergies et d'effectuer des économies, même si ça n'est pas le but premier.» Les buanderies de Clair-Bois et de Trajets mettront par exemple une partie de leur travail en commun.
Le coût de ces deux immeubles n'a pas été révélé par Hans Wilsdorf.