Ponts et charpentes

08 novembre 2018 14:06; Act: 08.11.2018 18:35 Print

Distinction prestigieuse pour un ingénieur suisse

De manière posthume, Jean-François Klein, du Bureau T-Ingénierie, a reçu le «IABSE Outstanding Structure Award 2018» pour un pont à Istanbul.

storybild

Le pont est une construction innovante composée d'une forme mixte de pont suspendu et pont haubané. (Photo: Keystone)

Une faute?

C'est un peu le prix Nobel de la construction des ponts que vient de recevoir l'ingénieur vaudois Jean-François Klein, du Bureau T-Ingénierie, à Genève. Décédé en avril, il vient d'être honoré, avec le Français Michel Virlogeux, par la prestigieuse distinction «IABSE Outstanding Structure Award 2018» de l'Association Internationale des Ponts et Charpentes (IABSE). Ceci pour avoir réalisé le pont «Yavuz Sultan Selim» à Istanbul, annonce jeudi l'association dans un communiqué.

L'association internationale IABSE, instituée en 1929, est présente dans 100 nations. Elle attribue chaque année une distinction pour la meilleure structure du génie civil réalisée au niveau mondial. Le dernier Suisse à avoir remporté ce prix est le concepteur de ponts Christian Menn pour le viaduc «Sunnibergbrücke» à Klosters. Il avait été couronné il y a 17 ans.

Le jury international a motivé son choix pour 2018 «par le concept structurel innovant et l'esthétique exceptionnelle du pont, qui accentue l'importance symbolique de la liaison entre les deux continents et transformera la structure en un nouveau point de repère pour la région d'Istanbul et la Turquie», précise l'IABSE.

Réalisé en 36 mois

Le pont Yavuz Sultan Selim, réalisé seulement en 36 mois, est le 3e pont sur le Bosphore à relier l'Asie et l'Europe dans la métropole turque. Il s'agit de l'une des infrastructures les plus importantes pour le futur développement économique de la région d'Istanbul.

L'ouvrage, inauguré en août 2016, fait 2164 mètres de long et plus de 58 mètres de large. Sa travée centrale est de 1408 mètres. Le pont supporte deux lignes de trains et huit voies de circulation autoroutières. Il est actuellement l'un des plus grands ponts destinés au trafic mixte ferroviaire et autoroutier jamais réalisés, précise l'IABSE.

Interrogé lors de l'inauguration, Jean-François Klein avait reconnu que la construction du pont relevait de la prouesse technologique, en particulier en ce qui concerne la travée centrale, de loin la plus grande pour un pont à haubans avec routes et voies ferrées. «La difficulté, c'est qu'un pont à haubans traditionnel doit pouvoir se déformer sous la charge. Mais un train le déformerait tant que la locomotive aurait du mal à remonter la pente. Nous avons créé un ouvrage hybride – haubans et suspendu – rigide et souple», avait-il confié au Temps.

(cht)