Genève

20 octobre 2019 15:38; Act: 20.10.2019 15:53 Print

Une dizaine de cas d'ados forcées à se prostituer

Des élus au Grand Conseil demandent à l'Exécutif de sensibiliser sur les «loverboys», abuseurs qui forcent des jeunes filles à se prostituer ou à commettre des délits.

storybild

Les loverboys rencontrent leurs victimes sur les réseaux sociaux. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Un nouveau fléau, exacerbé par les réseaux sociaux, semble s'abattre sur les ados entre 12 et 18 ans. Les «loverboys», abuseurs 2.0, utilisent internet pour séduire de très jeunes filles et les pousser à vendre leur corps, parfois à commettre des délits. Ils ont déjà fait une dizaine de victimes en deux ans à Genève, révèle le «Matin Dimanche». Si ce n'est plus, les victimes ne portant pas plainte à chaque fois, souligne la porte-parole de la police genevoise, Joanna Matta.

Bien documenté en France et aux Pays-Bas, la Suisse se penche tout juste sur le phénomène. La police fédérale a envoyé au printemps des fiches d'information à ses branches cantonales. Des élus au Grand Conseil ont déposé une motion pour que l'Exécutif encourage la sensibilisation sur ce thème. De son côté, le Département de l'instruction publique affirme à l'hebdomadaire «qu'aucune situation relevant de la méthode des loverboys n’a été remontée aux directions générales».

Selon une association bernoise de lutte contre la traite des êtres humains, la majorité des victimes et des abuseurs sont suisses. Ces derniers visent surtout des jeunes filles mais quelques jeunes garçons sont également touchés. Les loverboys séduisent leurs proies et les poussent à leur envoyer des images intimes, utilisées comme objets de chantage pour les pousser à se prostituer. Les loverboys encaissent ainsi l'argent des passes. L'association bernoise a récemment dû traiter le cas d'une adolescente de 14 ans.

(lfe)