Aéroport de Genève

20 mai 2019 18:25; Act: 20.05.2019 18:25 Print

Dnata: l'aéroport se tait, la Cour des comptes bosse

par Jérôme Faas/Maria Pineiro - Un syndicat réclame la révocation de plusieurs concessions. La direction et le conseil d'administration ne commentent pas.

storybild

André Schneider, directeur général de Genève Aéroport, et Corine Moinat, présidente du Conseil d'administration, en mars 2019. (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Sur ce sujet
Une faute?

Ce lundi matin, le Syndicat des services publics (SSP) sortait les crocs. Il demandait que les mandats attribués par l’aéroport de Genève à Dnata (assistance au sol), Custodio et Securitas (sécurité dans les deux cas) soient révoqués car «entachés d’irrégularités». Il réclamait aussi la démission du conseil d’administration de la plateforme aéroportuaire.

Les concessions obtenues par Securitas et Custodio ont déjà fait l’objet d’un rapport très sévère de la Cour des comptes, rendu public jeudi. Saisi par la Cour, le Ministère public a par ailleurs ouvert une procédure pénale contre inconnu pour gestion déloyale des intérêts publics.

L'ombre du directeur de la sûreté

Concernant Dnata, Jamshid Pouranpir, secrétaire syndical au SSP, a précisé sa pensée cet après-midi. D’une part, «Dnata n’a pas de convention collective de travail. Si l’on veut respecter les règles, ce manque viole les conditions de la concession. Rien que pour cela, elle devrait être révoquée. J’ai à plusieurs reprises formulé cette demande à la direction, qui a botté en touche.» D’autre part, il affirme que le conseil d’administration n’a consacré, cet automne, «que cinq minutes à cette demande, jugeant qu’elle n’avait pas à remettre en cause le choix de la commission technique» chargée d’édicter les critères de choix et d’évaluer les candidatures. Or, rappelle le syndicaliste, «cette commission était sous les ordres du directeur de la sûreté», placé vendredi en détention provisoire par le Ministère public pour des soupçons de corruption. Il souligne enfin que l’attribution de la concession à Dnata fait l’objet d’un examen de la Cour des comptes, actuellement en cours.

Cour des comptes saisie, communiqué agressif

La présidente du conseil d’administration, Corine Moinat, a confirmé par l’intermédiaire de Madeleine von Holzen, porte-parole de l’aéroport, que la Cour des comptes avait été saisie cet automne du dossier de l’assistance au sol, attribuée à Swissport et Dnata. La chose avait d’ailleurs été annoncée dans un communiqué daté du 10 octobre. «Le Conseil d'administration souhaite que les conclusions de cet audit démontrent le professionnalisme et l'impartialité des équipes concernées et, dans cette attente, il réitère toute sa confiance envers ses collaborateurs. Par ailleurs, en raison de violations graves et répétées du secret de fonction, utilisées pour accréditer la diffusion de fausses informations, la Présidente du Conseil d’administration a déposé une plainte contre inconnu pour violation du secret de fonction.»

«Débats confidentiels»

Vu l’action en cours de la Cour des comptes, Genève aéroport s’abstient de commenter l’attribution d’une concession à Dnata, explique Madeleine von Holzen. Il ne répond pas aux questions relatives aux liens entretenus par le directeur de la sûreté déchu avec la commission technique. Ni à celles ayant trait à l’attitude adoptée par le conseil d’administration, car ses débats «sont confidentiels».

Pas de CCT, c'est OK

Enfin, Madeleine von Holzen indique que «les contrats conclus par Genève Aéroport avec ses partenaires contiennent des exigences strictes en matière de protection des travailleurs, (respect des CCT et/ou des usages applicables) et prévoient notamment des pénalités financières en cas de violation de ces droits. Ainsi, l’absence de CCT ne contrevient pas en tant que telle aux règles de la concession. Ce qui compte, c’est le respect des usages applicables, ou à défaut, des règles de la législation en matière de protection des travailleurs.» Et de renvoyer, pour ce volet, à l’office cantonal de l’inspection et des relations du travail.