Genève

05 novembre 2018 08:21; Act: 05.11.2018 11:58 Print

Elu municipal sulfureux viré par son parti

par David Ramseyer - Le MCG a exclu Laurent Leisi, qui siège en Ville de Genève. Celui-ci a régulièrement fait scandale par ses propos jugés racistes, entre autres.

storybild

Depuis sa publication initiale, Laurent Leisi a remplacé le mot "nègre" par "censuré". (Photo: (Photo: Facebook))

Sur ce sujet
Une faute?

Avec sa détestation affichée des Africains et ses qualificatifs virulents sur les gays ou les musulmans, le conseiller municipal de la Ville de Genève Laurent Leisi a franchi la ligne rouge, selon le MCG. Fin octobre, les quinze membres du bureau l'ont exclu à l'unanimité.

Si les dernières diatribes de Laurent Leisi sur Facebook, au sujet des Noirs, ont été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'est l'accumulation de ses propos – homophobes, xénophobes ou encore racistes – qui nous a poussés à prendre cette décision, motive la présidente du MCG. Chacun, individuellement, a le droit de penser ce qu'il veut; mais le parti ne veut pas être assimilé à de telles idées.»

Ana Roch ajoute que jamais l'élu ne s'est remis en question. Enfin, lors de la séance qui a scellé son sort, «nous lui avons laissé la possibilité d'être entendu. Il n'est pas venu et, depuis, nous n'avons eu aucun retour de sa part.» Selon les statuts du MCG, l'exclu, averti par courrier recommandé, aura toutefois le droit de demander sa réintégration lors de la prochaine assemblée générale, ce printemps.

La ligne du parti en cause?

De son côté, Laurent Leisi assure qu'il n'a pas été mis au courant de son éviction. Il affirme aussi ne jamais avoir eu de discussions avec la présidente Ana Roch concernant les faits qui lui sont reprochés. «Je n'ai jamais tenu de propos racistes ou homophobes, maintient-il. Des avis de droit de mes avocats le confirment.»

Pour le conseiller municipal, son départ du MCG aurait une autre origine: il paierait ainsi sa position vis-à-vis des instances dirigeantes. «Avec une cinquantaine de membres, j'ai signé une demande de convocation d'une assemblée générale concernant la ligne directrice du parti, avec laquelle nous sommes en désaccord. Je considère que la présidente et le comité directeur sont incompétents.» La direction du parti, elle, note qu'aucun autre signataire n'a été exclu de la formation.

Laurent Leisi a d'ores et déjà adhéré au Parti populaire genevois, une formation fondée par Pascal Spuhler, ex-MCG passé à l'éphémère parti d'Eric Stauffer durant quelques mois.