Genève

04 avril 2018 22:27; Act: 04.04.2018 22:27 Print

Encore une plainte contre Apple et ses iPhones lents

par Jérôme Faas - Un candidat PDC lutte contre l’obsolescence programmée. Il vient de saisir le Ministère public.

storybild

Thomas Putallaz, mercredi, devant l'Apple store de Rive, avec une pancarte de sa nouvelle association de consommateurs, NoOPS. (Photo: 20 minutes / jef)

Une faute?

Thomas Putallaz contre Apple, épisode 2. En janvier, le haut fonctionnaire déposait en son nom à Berne une plainte pour escroquerie visant le géant à la pomme. En pleine croisade contre l’obsolescence programmée, il récidive en variant les armes: cette fois, c’est NoOPS (Non à l’obsolescence programmée Suisse), association qu’il a récemment créée, qui a saisi le procureur général de Genève. Une plainte pour concurrence déloyale a été déposée le 19 mars.

Le candidat PDC au Parlement n’admet pas qu’Apple ait pu impunément ralentir ses vieux iPhones. En Suisse, l’obsolescence programmée (altérer sciemment un produit pour stimuler un nouvel achat) n’est pas un délit. «Il est important que la justice se positionne», plaide Thomas Putallaz. Sa plainte bernoise est en stand-by. «Le Ministère public de la Confédération dit évaluer quelle est l’autorité compétente pour la traiter. Si Genève n’entre pas en matière sur celle de NoOPS, ce sera la preuve qu’il existe un vide juridique qu’il s’agira de combler.»

Car pour Thomas Putallaz, Apple doit pouvoir être sanctionnée. «La société a donné des indications inexactes sur sa marchandise et a trompé la clientèle en faisant illusion sur la qualité.» Et de préciser que sa plainte vise aussi les importateurs et les revendeurs «pour savoir quelle connaissance des faits ils avaient». Contactée, Apple a transmis à 20 Minutes un article du support clients: «batterie et performances de l’iPhone».