Etude

26 janvier 2020 22:08; Act: 26.01.2020 22:09 Print

Environnement: pourquoi nous n'agissons pas

Un professeur genevois a listé les causes qui nous empêchent de prendre la question du climat à bras le corps.

storybild

Malgré les marches, grèves et autres actions pour le climat (comme ici à Lausanne, le 17 janvier 2020), l'être humain peine à prendre des actions concrète, selon une étude. (Photo: Keystone/Jean-christophe Bott)

Sur ce sujet
Une faute?

Les gens ont souvent de la peine à modifier leur comportement pour contrer le changement climatique. Tobias Brosch, professeur de psychologie à l'Université de Genève (UNIGE), a inventorié les barrières qui empêchaient les individus d'agir. Il propose aussi des pistes pour les surmonter.

Pour le chercheur genevois, les obstacles se répartissent en cinq catégories. Le professeur s'est basé sur plus de 400 études de psychologie, de neurosciences, de sciences affectives ou encore d'économie comportementale pour établir sa liste, a fait savoir l'UNIGE dans un communiqué.

Trop difficile à cerner pour notre cerveau

Une des difficultés concerne la perception du problème. Le cerveau humain peine à appréhender un phénomène comme le changement climatique, qu'on ne peut ni sentir et encore moins toucher directement. La réalité virtuelle pourrait dans ce cas aider à une prise de conscience des conséquences d'une hausse des températures.

Une autre barrière touche les intérêts propres immédiats. Des personnes ne voient pas en quoi changer de comportement est bénéfique pour elles. Aux yeux de Tobias Brosch, il faudrait, pour ces gens, mettre en avant les avantages directs d'une modification des habitudes, à l'instar de savoir que faire du vélo est bon pour la santé.

Pas envie d'être le seul à se «sacrifier»

Un autre gros obstacle est social. Il est difficile de renoncer à quelque chose alors que son voisin ne fait rien pour protéger le climat. Pour le professeur genevois, la solution serait de communiquer un maximum sur le fait que de nombreuses personnes agissent en faveur du climat, afin d'augmenter la mobilisation.

Tobias Brosch estime, dans ce domaine, que l'effet Greta Thunberg est «un bon moteur». Mais l'activisme de la jeune Suédoise, surtout auprès de la nouvelle génération, ne sera pas suffisant pour provoquer un tournant citoyen, relève-t-il. Les autorités politiques doivent aussi s'engager à mieux communiquer sur les actions possibles.

Ce travail de Tobias Brosch entre dans le cadre du Geneva Science-Policy Interface (GSPI), dont le but est «de synthétiser la littérature scientifique publiée dans un domaine particulier, la vulgariser et la transmettre aux bonnes personnes. Le professeur genevois participera à une table ronde au Palais des Nations la semaine prochaine.

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • elfe le 26.01.2020 22:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et...

    Pas besoin de dire de grandes recherches pour comprendre : chacun pense à sa pomme ici et maintenant et entend profiter des biens qui sont à sa portée en se disant que les autres le font bien... et puis il ne faut pas être scientifique pour constater que nous sommes englobés dans une société de consommation qui nous dépasse et qui ne nous laisse pas le choix de vivre autrement de comme nous le faisons actuellement. Les réalités socio-économiques de notre ici et maintenant sont bien plus complexes à surmonter et à modifier à une échelle uniquement citoyenne

  • Serge Nieriker le 26.01.2020 22:21 Report dénoncer ce commentaire

    Argument pertinent.

    Je me retrouve dans à fait dans l'argument que je ne souhaite pas me "sacrifier" alors que le voisin ne fait rien. Et il faut bien sûr élargir la notion de "voisin". En clair pourquoi un "petit" état comme la Suisse devrait-il en faire plus alors que de très grands états, en quête effrénée de croissance, ne font rien ?

  • CQFD le 26.01.2020 22:14 Report dénoncer ce commentaire

    Et la sixième raison..

    Faites ce que je dis, pas ce que je fais... merci professeur ;-)

Les derniers commentaires

  • MJ S le 06.02.2020 17:09 Report dénoncer ce commentaire

    Lien?

    pouvez-nous nous mettre le lien vers le travail de Tobias Brosch?

  • Franck le 03.02.2020 13:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et encore et encore

    On n'a pas besoin de scientifique pour comprendre les enjeux.Quant à Greta no comment. Back to school svp.

  • Phil Barney le 02.02.2020 15:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ras le bol!

    A force de lire tous les jours ces sempiternelles histoires de climat,cela devient fatigant ,et ça me fait juste l'effet contraire!Cette année je vais voyager encore plus que d'habitude,et pour des destinations lointaines!

  • Victoria le 29.01.2020 13:33 Report dénoncer ce commentaire

    Gagne-pain

    Tous les jours il y a un peu plus de monde qui cherche à gagner sa vie grâce au dogme de l'écologisme...

  • Marc le 28.01.2020 20:17 Report dénoncer ce commentaire

    Les scientifiques

    Merci enfin une personne qui voit claire . On a jamais eu autant de scientifique pour nous guider . Agriculture Recherche Économie Et j'en passe . Depuis que ces gens mène le monde tout va de travers . Où est le bon sens ??? Pour moi ces scientifique sont mis en avant comme des dieu mais où est juste le bon sens de chacun ??? Il a disparu au profi de la science