Genève

23 février 2017 11:01; Act: 23.02.2017 12:19 Print

Eolien: corruption aux SIG, les peines alourdies

Un ex-cadre des Services industriels a vu sa sanction aggravée en appel. Le patron d'une entreprise tessinoise est lui aussi puni.

storybild

Les SIG avaient payé très cher pour des éoliennes qui n'avaient jamais été construites. (Photo: Keystone/Jean-christophe Bott)

Sur ce sujet
Une faute?

La justice vient d'alourdir les peines de deux acteurs du scandale de l'énergie éolienne qui avait ébranlé les Services industriels de Genève (SIG). En appel, un ex-cadre de la régie publique a été condamné à deux ans de prison avec sursis. En première instance, il n'avait écopé «que» de 360 jours-amendes avec sursis.

L'homme avait tenté, en 2010, d'obtenir 100'000 francs d'une entreprise valaisanne active dans l'éolien. En échange, il avait promis de ne pas envoyer par le fond un partenariat entre ladite société et les SIG.

Les juges de la Cour d'appel ont alourdi la barque, a révélé mercredi «Le Temps». Le haut fonctionnaire est maintenant sanctionné pour une seconde affaire de corruption passive: il a accepté que sa femme soit rémunérée 180'000 francs pour l'écriture d'un livre usant très largement du plagiat, censé louer les bienfaits de l'énergie du vent.

Le patron de l'entreprise tessinoise à l'origine du scandale, qui avait commandé et acheté cet ouvrage de complaisance, est par ricochet également puni. Les juges sont convaincus que la rémunération offerte à l'épouse du haut cadre des SIG a été fixée à un niveau déconcertant en récompense de services rendus. L'entrepreneur italophone a été condamné à 300 jours-amendes avec sursis.

(jef)