Genève

21 janvier 2020 19:09; Act: 21.01.2020 19:22 Print

Etat accusé d'inertie sur le sort des jeunes migrants

Le collectif de soutien aux requérants mineurs non accompagnés a manifesté au centre-ville. Il a dénoncé l'attitude de l’Exécutif cantonal.

storybild

(Photo: dra)

Sur ce sujet
Une faute?

Près de deux cents personnes se sont réunie ce mardi soir à la place de Neuve, au centre-ville, pour réitérer leur soutien aux requérants d'asile mineurs non accompagnés (MNA). Alors qu'un collectif occupe depuis une semaine un local au centre culturel du Grütli, les manifestants ont dénoncé le «silence coupable» du Conseil d'Etat sur le sort de ces jeunes. Malgré plusieurs demandes d'une rencontre avec le gouvernement cantonal, ce dernier n'avait toujours pas répondu ce soir, a déploré le collectif.

Ce dernier exige l'ouverture de nouveaux foyers d'accueil «à taille humaine» et une prise en charge adéquate des migrants mineurs - ou à peine adultes - non-accompagnés. Certains dormiraient dans la rue, selon des militants. Ils demandent aussi que les MNA obtiennent une carte de légitimation cantonale, qu'ils soient scolarisés ou formés, et inclus dans un dispositif d'aide.

La semaine dernière, la délégation du Conseil d'Etat à la migration avait indiqué qu'un «plan d'action, basé sur un rapport de la Haute école de travail social», était «en voie de finalisation». Il avait aussi rappelé qu'un centre dédié aux mineurs non-accompagnés avait ouvert début novembre à Malagnou, pour prendre en charge les personnes les plus vulnérables. Les lieux fonctionnent «à satisfaction», selon l'Etat.

(dra)