Genève

08 novembre 2018 23:48; Act: 09.11.2018 08:55 Print

Explosion causée par des batteries au Domino's

par Jérôme Faas - Un sinistre s'est déclaré ce jeudi dans le commerce de livraison de pizzas à domicile. Des batteries de scooters électriques en sont responsables.

storybild

Toutes les vitres du commerce situé à l'avenue Wendt ont été soufflées. (Photo: lecteur reporter/Marco)

Une faute?

Une explosion s'est produite à l'intérieur du Domino's pizza de la Servette, ce jeudi soir peu après 20h. Le commerce de livraison de repas à domicile est situé au numéro 1 de l'avenue Wendt, à l'angle avec la rue de Lyon. Selon un employé, c'est une armoire contenant les batteries des scooters électriques de l'entreprise qui a pris feu avant d'exploser. Toutes les vitres du magasin ont été soufflées.

L'explosion, un mystère

Le premier lieutenant du Service d'incendie et de secours (SIS) Pascal Desjacques confirme ce descriptif. Il explique que les pompiers ont été alertés à 20h13. A leur arrivée, Domino's Pizza brûlait. «C'est effectivement d'une armoire contenant un râtelier pour des batteries de scooters électriques qu'est parti le sinistre. Elle contenait une vingtaine de batteries. L'une d'elles a brûlé et fondu, deux autres étaient très chaudes. Pour l'heure, nous n'avons pas d'explication quant aux raisons exactes de l'explosion. Toute l'installation était neuve et bien entretenue.»

Un homme transporté aux HUG

Un nid de blessés a été aménagé à proximité. Huit personnes y ont été prises en charge: sept employés du restaurant, chez qui aucune intoxication aux fumées n'a finalement été décelée; et un policier municipal, qui a été transporté au HUG pour des contrôles, de crainte qu'il n'ait subi des dommages internes à la suite du blast de l'explosion.

Domino's Pizza est situé dans un immeuble d'habitation, dont quelques habitants sont spontanément sortis, mais qu'il n'a pas été nécessaire d'évacuer. Les pompiers, qui sont intervenus avec dix-sept sapeurs et neuf véhicules, ont aussi sollicité l'appui de neuf volontaires de la Ville de Genève. Ils ont quitté les lieux aux alentours de 22h15, après avoir demandé à leur officier chargé des volets radiologique, bactériologique, nucléaire et chimique la meilleure manière de gérer les batteries. «Il a été convenu de les refroidir complétement, puis de les laisser tranquilles durant une demi-heure. Elles ont été laissées sur place, leur propriétaire étant chargé de s'en débarrasser.»