Genève

12 octobre 2015 19:47; Act: 13.10.2015 15:02 Print

Fêtards mis en sourdine par de lourdes amendes

par Julien Culet - Genève a augmenté ses amendes le 1er octobre. Réveiller ses voisins peut désormais coûter très cher.

storybild

La police se déplace sur quelque 6000 réquisitions liées au bruit chaque année à Genève. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

Fêter trop bruyamment et trop longuement la victoire de son équipe de cœur à l’Euro de football va coûter cher, en juin prochain, au bout du lac. Le montant des amendes pour excès de bruit a en effet explosé le 1er octobre. Un nouveau barème des contraventions de tous types a été présenté lundi par la cheffe de la police et le procureur général de Genève.

Jusqu’à présent, le tapage était sanctionné entre 50 et 150 fr. Aujourd’hui, plus de fourchette mais quatre amendes de prévues: 150, 200, 300 et 1000 fr. Ce sera au policier de déterminer la gravité de l’infraction, en fonction des décibels, de la quantité personnes touchées et du nombre de contrevenants. «Quelqu’un qui vocifère dans la rue, ce sera 150 fr. Si c’est tout un quartier qui est réveillé par des klaxons, on ira plutôt vers les 300 ou 1000 fr.», illustre le procureur général Olivier Jornot. Lors d’un événement sportif, une heure de tolérance après le coup de sifflet final est mise en place au cas par cas, indique la police.

Les montants font grincer des dents les défenseurs de la vie nocturne genevoise. «Le manque de lieux pour faire la fête pousse les jeunes dans la rue, où ils reçoivent de fortes contraventions, réagit Diego Esteban, de l’association le Parlement des jeunes. Ces sanctions sont le symbole de la direction prise par le Conseil d'Etat, qui pénalise ceux qui veulent plus de vie dans le canton.»

A Lausanne, les amendes relatives au bruit s’élèvent généralement entre 200 et 300 fr. Comme à Genève, elles peuvent toutefois aller jusqu'à 1000 fr. «Mais c’est très rare. Il s’agit de très gros dépassements en terme de décibels ou de récidivistes», précise Jean-Yves Curty, premier président de la Commission de police lausannoise.

Porteurs d'armes plus durement punis

Traitées comme une contravention à Genève, les infractions à la loi sur les armes sont pourtant considérées comme des délits au niveau fédéral. Le barème entré en vigueur le 1er octobre corrige cette «mauvaise habitude genevoise», selon le procureur général. Désormais, acquérir, détenir ou porter une arme interdite entraîne systématiquement l'ouverture d'une procédure pénale et l'inscription au casier judiciaire. En 2014, 217 infractions ont été constatées. Cela peut aller des tasers aux couteaux de lancer en passant par les sprays autres que ceux au poivre.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Derma Tolog le 12.10.2015 23:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    police pas rugueuse pour tout le monde...

    Et pendant ce temps ça deale tranquille à plainpalais...

  • jean le 12.10.2015 22:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo

    Lausanne, c'est quand elle veut, pour les amendes bien salées et les contrôles plus strictes. ça calmerait bien des personnages.

  • Anon le 12.10.2015 21:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils veulent récupérer le déficit du canton?

    Malheureusement vu les différentes augmentations côtés amendes en tout genre mentionnés dans l'article, on remarque surtout que le canton à trouver le bon filon pour renflouer les caisses.

Les derniers commentaires

  • gajomofe le 13.10.2015 10:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils cherchent du fric

    il vaut mieux vendre de la drogue, ils ne font rien... préocupez-vous avec la délinquênce.

  • Alx le 13.10.2015 10:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Education

    Au risque de déclencher des foudres, je trouve cela normal. On m'a éduqué dans le respect des voisins, le respect des autres en général. Ce n'est pas scandaleux d'amender plus cher le tapage, ce qui est scandaleux c'est qu'on doive en arriver là pour rattraper le manque d'éducation et le manque de respect de certains. Oui, c'est ça qui m'inquiète vraiment...

  • Empêcheur de tourner en rond le 13.10.2015 10:14 Report dénoncer ce commentaire

    L'Etat sait compter, ou pas...

    L'Etat sait décidément bien compter, en partant en 1996 de CHF 120.-- ils arrivent à CHF 500.-- aujourd'hui, donc +416% d'augmentation, on sait bien que la vie à Genève est très chère, pas besoin d'en rajouter...

  • Serge le 13.10.2015 10:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Amende OUI!

    Excellent! Il y a juste quelques jours des voiture qui klaxonnes a 23h le soir me réveil ainsi que mes bébés, je sort sur le balcon, je vois des albanais avec des drapeaux albanais?!! En est en Suisse!! Il y a pas a faire ca ici! Il faut respecter la Suisse!

  • VD LAUS le 13.10.2015 09:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive le sons

    C est n importe quoi ! Moi quand je sors le soir j ai écouter rapp a fond dans la voiture avec caisson bass . C est comme ça que je vis et je défi qui quonk de me faire changer !! VD LAUS.