Genève

07 décembre 2018 11:08; Act: 07.12.2018 15:43 Print

Gardiens de prison punis mais finalement blanchis

Des geôliers de Champ-Dollon, qui avaient protesté contre le départ de leur ex-directeur, n'auront pas à payer l'amende à laquelle ils avaient été condamnés.

storybild

(Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Service des contraventions a classé l'action dirigée contre treize gardiens de la prison de Champ-Dollon. En été 2017, ils avaient été condamnés à 500 francs d'amende, plus les émoluments, pour avoir manifesté leur soutien à leur ex-directeur, Constantin Franziskakis. Le mouvement n'avait pas été autorisé. Mais l'enquête n'a pas permis de désigner un organisateur de l'événement, indique la «Tribune de Genève».

Le départ de Constantin Franziskakis avait été très mal vécu au sein du personnel de Champ-Dollon, début 2017. Ce dernier avait été appelé à rejoindre l'entourage du conseiller d'Etat chargé de la sécurité, Pierre Maudet. Une décision interprétée comme une manoeuvre politique de la part du magistrat PLR. L'ex-patron de la prison genevoise était considéré par ses subalternes comme un rempart face à la direction générale de l'Office de la détention, accusée d'être intrusive et de mal gérer le domaine pénitentiaire.

(dra)