Qualité de l'air

26 août 2008 17:43; Act: 26.08.2008 17:53 Print

Genève adopte un arsenal de mesures anti-pollution

Optimisation des installations de chauffage, politique fiscale ou exclusion des véhicules les plus polluants du centre-ville, le canton prend des mesures pour améliorer l'air genevois.

Une faute?

En dépit de l'adoption en 2003 d'un plan cantonal spécifique, la qualité de l'air du canton de Genève ne respecte toujours pas les niveaux fixés par la Confédération pour protéger la population et les écosystème, a communiqué mardi la Chancellerie du canton de Genève.

En cinq ans, l'offre des transports publics a connu une extension d'un quart dans le canton, tandis que plus de 5000 voitures peu polluantes ont pu bénéficier d'une exonération fiscale. Pourtant force est de constater que les concentrations de dioxyde d'azote, d'ozone et de particules fines sont toujours trop élevées, notamment en zone urbaine.

Une des mesures les plus drastiques adoptées par le gouvernement genevoise consiste à restreindre l'accès au centre-ville pour les véhicules les plus polluants, mesure déjà connue dans certaines villes allemandes. Il s'agit d'instaurer une «zone à émission réduites». Les autres véhicules seront munis d'un macaron facilement identifiable les autorisant à circuler. La mise en oeuvre est prévue pour 2012-2014. Des mesures transitoires pourront être prévues pour certaines catégories d'utilisateurs du périmètre concerné.


Effort de l'administration

La reconduction du bonus pour les véhicules les moins polluants figure parmi les autres mesures adoptées par le Conseil d'Etat. Elle serait étendue à l'ensemble des véhicules de tourisme genevois, mais également aux poids lourds et aux deux-roues motorisés.

Le canton compte aussi accélérer l'assainissement des chauffages existants du centre-ville, exploiter les atouts des chauffages à bois en minimisant leurs nuisances. Un effort devrait aussi être fait au niveau de l'administration, avec notamment des exigences accrues pour les chantiers publics, le remplacement des poids lourds les plus polluants et l'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments.

(ap)