Service des votations (GE)

14 mai 2019 20:32; Act: 15.05.2019 08:48 Print

Genève dit faire juste, tous les autres font autrement

par Jérôme Faas - Les soupçons de fraude électorale ont révélé des processus qui paraissent extrêmement particuliers.

storybild

A Lausanne, Neuchâtel et Fribourg, les enveloppes contenant les bulletins ne sont ouvertes que le jour du scrutin, contrairement à Genève. (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Sur ce sujet
Une faute?

Et si Genève, malgré les dénégations outrées du Conseil d’Etat lundi, n’avait pas fait tout juste en matière de sécurité électorale? Sur des points précis, les services des votations de Fribourg, Lausanne et Neuchâtel fonctionnent en effet très différemment.
Lors de la perquisition de jeudi, quelques bulletins remplis pour le scrutin du 19 mai ont été trouvés dans des sacs d’élimination. Et du matériel de vote des Suisses de l’étranger reposait dans le bureau du prévenu. Des faits jugés non pénaux par le Parquet: les bulletins jetés avaient été remplis avec des croix illisibles pour la machine de comptage. Ils avaient été déchirés et «bien» réécrits; et l’employé visé se gardait du travail de tri dans ses tiroirs pour le lendemain.

«Ici, on ne réécrit rien, on ne retouche rien»

Ces faits n’auraient manifestement pas pu survenir dans les trois services interrogés. D’abord, aucun ne détruit les bulletins mal remplis. «Mais quelle horreur!, réagit ainsi Sylvie Ecklin, secrétaire municipale adjointe à Lausanne. Ici, tout est gardé. On ne réécrit rien, on ne retouche rien. Un bulletin rempli à l’encre verte ou muni de "vus" à côté des cases, par exemple, est mis de côté puis numéroté, pour la traçabilité. Ensuite, le bureau électoral saisit son contenu via un logiciel dédié.»

Pas de destruction

A Neuchâtel, le propos est identique. «Nous n'avons pas de machine de comptage, indique Pascal Fontana, le vice-chancelier. Mais nous conservons tous les bulletins. Ceux qui sont invalides sont listés dans le procès-verbal.» Et à Fribourg, c'est pareil. «Les bulletins illisibles ainsi que les bulletins réécrits par le bureau électoral en charge des Suisses de l'étranger sont conservés après le scrutin en cas de recours. Leur destruction n'est possible qu'une fois les délais de recours atteints», précise Nicolas Fellay, responsable des droits politiques.

Genève, seul à ouvrir les enveloppes avant le scrutin

Seconde différence, la plus importante, les employés des trois services, contrairement à Genève, n’ouvrent jamais les enveloppes contenant les bulletins. Elles sont tout de suite placées dans un lieu sécurisé à Lausanne, dans des urnes scellées à Fribourg et Neuchâtel. «Tous les jours, on va à la Poste, on relève les urnes, les bulletins sont amenés dans un local protégé par trois portes, explique la Lausannoise Sylvie Ecklin. Là-bas, ils sont cinq, ils n'ont accès à aucun matériel vierge ou supplémentaire, ils scannent les cartes d'électeurs et ils placent les enveloppes contenant les bulletins, qu'ils n'ouvrent jamais, dans des caisses spécifiques.»

Urnes scellées

A Neuchâtel, les employés «scannent immédiatement les cartes de vote et placent l'enveloppe contenant le bulletin dans une urne scellée, en présence de quatre collègues», détaille Pascal Fontana. A Fribourg, la sécurité est plus drastique encore. Les enveloppes réponse ne sont pas ouvertes du tout. «Les certificats de capacité civique ainsi que les enveloppes de vote sont enregistrées à leur arrivée à la commune et placées dans une urne scellée», expose Nicolas Fellay.

Dans les trois cas, le matériel de vote n'est ouvert que le dimanche matin du scrutin, en présence de personnel assermenté. Aucun bulletin de vote n'est extrait de son enveloppe avant ce moment-là. Si du matériel traîne dans un bureau des services, c’est donc un problème à Lausanne, Fribourg et Neuchâtel. Mais pas à Genève.

Les commentaires les plus populaires

  • Welsch_bern le 15.05.2019 09:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    encourager les "erreurs"

    un processus de singe! comment peut on croire à un travail propre dans ces conditions? cela motive en encourage à la fraude on n'est plus en 1800!!!

  • NT le 15.05.2019 09:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Genève, moi non plus !

    À Genève il y'a un micro climat qui diffère du restant de l'univers, faut l'accepter

  • Jean Luc le 15.05.2019 11:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Genèèèèèèève

    Il n'est pas admissible que des buletins de vote soient comptabilisé avant le jour du scrutin....

Les derniers commentaires

  • DuLacLemandeGenève le 16.05.2019 19:03 Report dénoncer ce commentaire

    Debleu!

    Debleu, debleu, quoi, ça va l'chalet ou bien? C'est nous qui sommes les meilleurs, machin! Non mais.

  • Kaya M le 15.05.2019 19:14 Report dénoncer ce commentaire

    Et pendant ce temps-là....

    Maudet compte les jours qui le rapproche de la rente à vie ! grr.....

  • Tommy Mayo le 15.05.2019 15:36 Report dénoncer ce commentaire

    Pour une enquête fédérale..

    Quand on compare avec ces autres cantons romands, Genève a fait tout faux. Hodgers est énervant et pathétique à vouloir nous faire croire qu'aucun vote n'a été trafiqué, et Jornot pareil. GENFEREI !! A ce stade, je ne sais même pas si se déplacer physiquement le dimanche matin serait un vote 100% sûr. Quand à l'électronique, je n'aurai jamais confiance.

  • Philippe B. le 15.05.2019 15:24 Report dénoncer ce commentaire

    Touche pas à mon dimanche

    Ici, tout est partout organisé pour le confort des agents de l'Etat, alors que le but devrait avant tout être la qualité et la sécurité de la prestation ...qui à Genève oserait encore exiger qu'un quelconque travail, comme à Fribourg, fut effectué un dimanche matin ?

    • Serges le 15.05.2019 23:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Philippe B.

      Je vous signale que dans les bureaux de vote ce sont des citoyens et non des fonctionnaires qui font le travail, ça m'est même arrivé une fois.

  • Valérie S. le 15.05.2019 14:42 Report dénoncer ce commentaire

    Dépouillement irrégulier à Genève

    J'ai moi-même été convoquée pour le dépouillement dans un des bureaux de vote de la Ville de Genève il y a quelques années et j'ai été choquée par les irrégularités que j'ai constatées. Certaines personnes convoquées pour le dépouillement n'avaient pas compris comment traiter les votes blancs et des enveloppes ont été jetées au lieu d'être comptabilisées. Il n'y avait aucun contrôle de la part des personnes censées superviser le dépouillement. Si l'on imagine que c'est la même chose dans chaque bureau de vote, et que la Chancellerie rajoute encore des erreurs, il y a de quoi s'inquiéter...