Chômage

12 mai 2012 08:03; Act: 12.05.2012 10:13 Print

Genève renforce son dispositif de réinsertion

Quatre ans après l'entrée en vigueur de la nouvelle loi genevoise sur le chômage, le Grand Conseil l'a modifiée pour renforcer les mesures de réinsertion.

Une faute?

L'opposition des socialistes et du MCG à la nouvelle loi s'est cristallisée sur les emplois de solidarité. «Ces emplois de solidarité deviennent à terme de l'emploi standard à bon marché», a relevé vendredi le socialiste Roger Deneys. La députée MCG Dominique Rolle a renchéri en dénonçant «l'utilisation de la contrainte» pour forcer les chômeurs à les accepter.

Des propos que le conseiller d'Etat François Longchamp a refusé de laisser passer. Ces emplois de solidarité s'adressent à des personnes en grande difficulté qui ont été écartées durablement du marché du travail, a relevé le ministre PLR, soutenu par l'Entente, l'UDC et les Verts.

Le projet de loi, proposé par le Conseil d'Etat, prévoit le développement de ces emplois de solidarité tout en renforçant les incitations au passage au marché ordinaire du travail. Le nouveau dispositif propose globalement d'accélérer la mise en place de mesures de réinsertion.

Les indépendants aussi

Ainsi, les stages du programme emploi-formation (PEF), qui au passage sont rebaptisés stages de requalification, sont attribués plus tôt dans le parcours du chômeur. Le jalon passe à neuf mois au lieu des douze mois actuels. «Il ne faut pas laisser passer de précieux mois», a insisté François Longchamp.

Une autre amélioration concerne les allocations de retour à l'emploi (ARE). Leur octroi est plus généreux pour les plus de 50 ans. Et désormais, ces ARE peuvent aussi être accordées pour les entreprises en dehors du canton de Genève.

Enfin, les indépendants qui étaient auparavant exclus du dispositif de réinsertion peuvent désormais en bénéficier. Les socialistes ont salué cette avancée.

Amendements rejetés

Le débat a occupé les députés pendant plus de cinq heures. Les discussions étaient souvent houleuses à l'approche de l'élection complémentaire au Conseil d'Etat. Au final, après plusieurs tentatives vaines des socialistes d'amender le projet de loi, celui- ci est passé par 59 voix contre 20 et 9 abstentions.

La nouvelle loi sur le chômage est entrée en vigueur en février 2008 après avoir été acceptée par le peuple suite à un référendum. Le Conseil d'Etat avait annoncé dans son programme de législature qu'il analyserait ses effets au bout de trois ans et rectifierait, le cas échéant, le tir. C'est chose faite.

En avril, le canton comptait 11'494 personnes au chômage (y compris les chômeurs en fin de droit), soit un taux de chômage de 4,7%. Cette proportion est en baisse depuis quatre mois consécutifs.

(ats)