Querelle

07 juin 2011 18:17; Act: 07.06.2011 19:02 Print

Grand-Saconnex: «Nous virons à l’extrême droite»

par Shahïn Ammane - Les partis bourgeois se sont alliés avec l’UDC et seront majoritaires dans toutes les commissions. Furieux, les Verts, 2e parti de la commune, contre-attaquent.

Une faute?

«Nous sommes devenus une commune d’extrême droite. Les quatre prochaines années vont être un enfer». Les mots de cet élu sont à la hauteur de la colère qui submerge la gauche. Avec sept sièges sur 25 obtenus lors des dernière élections, les Verts talonnent le PLR d’une voix au législatif du Grand-Saconnex. Pourtant les écolos n’ont qu’un représentant dans les commissions – qui comptent sept membres – contre deux pour le PLR. «Tout était déjà joué vendredi, s’exclame Pierre Eckert, chef de file des Verts. A la réunion des chefs de fractions, PLR, PDC et UDC (nouvel entrant) m’ont présenté la répartition des commissaires. L’affaire était non négociable.» «Dégoûté», l’élu Vert va donc saisir le service cantonal de la surveillance des communes afin d’invalider cette décision et assurer «une représentation équitable». Le socialiste Michel Pomato avait pourtant proposé lundi, lors du premier conseil municipal, la formule de huit commissaires dont deux Verts. Mais les partis bourgeois qui tiennent la majorité l’ont rejetée.

Autre malaise: dans une commune qui compte près de 125 nationalités, c’est un UDC qui a été placé à la présidence de la commission des naturalisations. Or, le parti est connu pour sa rigidité dans ce domaine. «Nous avons immédiatement contesté cette nomination», lâche le socialiste qui craint pour l’image de sa commune. Contacté, le chef de file PLR, Antoine Orsini, s’est refusé à tout commentaire. Son homologue PDC Francine Mamin-Tissot: «Nous avons voulu sept représentants par commission parce que nous pensions que cela était juste».