Aménagement

06 mars 2011 18:25; Act: 06.03.2011 19:45 Print

Grogne autour de l'éco-quartier de la Jonction

par Raphaël Leroy - La mise à l’enquête publique du quartier qui remplacera le site d’Artamis s’est clos le 23 février. Nombreux sont ceux qui l’ignoraient.

storybild

L'éco-quartier de la Jonction remplacera le site d’Artamis.

Une faute?

«C’est assurément une bonne blague!» Albane Schlechten, co-coordinatrice de l’Union des espaces culturels autogérés (UECA), reste perplexe. Fin février, elle apprend sur le tard la mise à l’enquête publique de l’éco-quartier de la Jonction, procédure permettant aux acteurs concernés de s’exprimer sur le projet. Pire, elle y découvre que la parcelle se nomme désormais «Eco-quartier du Moulin à Danses».

«Les parties ne sont pas tenues au courant, regrette Albane Schlechten qui craint pour la salle de spectacle prévue au sein du quartier. Même si on avait fait des recherches, on n’aurait pu trouver des renseignements avec ce changement de nom. Tout cela donne l’impression que l’on veut faire passer discrètement cette enquête publique.»

Surprise des autorités

A la Jonction, ni le Moulin à Danses (MàD), ni la maison de quartier n’étaient au courant. «A priori, c’est aux parties intéressées de regarder dans la Feuille d’avis officielle, reconnait Silvio Albino, animateur de la maison de quartier. Mais on n’a pas forcément toujours le temps de le faire! Et il est vrai que même si les autorités n’avaient aucune intention de cacher quelque chose, ce changement de nom a eu cette conséquence.»

Du côté des autorités municipales, c’est l’étonnement. «On ne veux rien cacher, au contraire, explique Rémy Pagani, conseiller administratif en charge de l’aménagement. Nous avons pris en compte les revendications des différents acteurs du projet. 300 logements vont sortir de terre et une salle de 400 places va voir le jour. Tout le monde est satisfait. L’enquête publique n’a d’ailleurs reçu aucune opposition.»

Repères historiques

Quant au changement de nom, il a été décidé par le Département des constructions (DCTI) sans en référer au principal concerné. «J’ai appris tout cela par hasard le dernier jour de l’enquête, confie Claude Villat, président du comité de la coopérative du MàD. Tout le monde a été surpris. Ce d’autant plus que nous devons déménager prochainement!»

Mark Muller, le conseiller d’Etat en charge des constructions, lui, se veut rassurant. «Nous souhaitions faire appel à des repères historiques. C’est pourquoi le nom du MàD a été choisi. Mais si la coopérative est mécontente, nous changerons de nom.» Et d’ajouter : «Même si l’enquête publique est terminée, ma porte reste ouverte.»

Les commentaires les plus populaires

  • Vicent le 07.03.2011 13:51 Report dénoncer ce commentaire

    Squatters culturels = rendre légitime l'illégalité

    On ne voit pas pourquoi des gens qui occupent par la force des lieux qui appartiennent à la collectivité ont plus de droits que les autres citoyens pour s'y établir. Quand on sait que ces lieux abusivement qualifiés de culturels sont en fait des repères de parasites sociaux et sous-tendent des trafic en tous genres, des atteintes à l'intégrité corporelle, voirs des crimes, on ne peut que crier "Dehors la gauche!" pour que Genève puisse enfin vivre dans la paix et sans désordre et pillage des finances publiques, organisé par ces mafias.

  • matrog le 06.03.2011 19:06 Report dénoncer ce commentaire

    C'était un nouveau, magnifique.....

    ............ chapitre, dans l'histoire "Genève, république bananière" ! On renouvèle les élus, souvenez vous en quand vous remplirez le bulletin de vote !

  • C.Paduboulo le 06.03.2011 20:44 Report dénoncer ce commentaire

    Trop dure la vie

    Entre la grasse matinée et la sieste, ces glandeurs n'ont même plus le temps de lire la FAO.

Les derniers commentaires

  • Vicent le 07.03.2011 13:51 Report dénoncer ce commentaire

    Squatters culturels = rendre légitime l'illégalité

    On ne voit pas pourquoi des gens qui occupent par la force des lieux qui appartiennent à la collectivité ont plus de droits que les autres citoyens pour s'y établir. Quand on sait que ces lieux abusivement qualifiés de culturels sont en fait des repères de parasites sociaux et sous-tendent des trafic en tous genres, des atteintes à l'intégrité corporelle, voirs des crimes, on ne peut que crier "Dehors la gauche!" pour que Genève puisse enfin vivre dans la paix et sans désordre et pillage des finances publiques, organisé par ces mafias.

    • Max le 07.03.2011 17:23 Report dénoncer ce commentaire

      Mais oui

      Bien sûr les locaux qui étaient loués à un prix modique pour aider au développement de bureaux d'architectes, sculpteurs, designer, chanteur, DJ (comme water Lili ou Miss kitten) ne sont pas des artistes mais des parasites. Quel solution pour avoir des locaux pour créer une entreprise à Genève? si papa et maman ou la banque cantonale ne vous prêtes pas les milliers de francs nécessaires en impôts et taxes. Artamis c'était ça et beaucoup on pu démarrer grâce à cette communauté. Artamis ce n'était pas que les dealeurs de rue. Arrête de lire Le 20 mins et sortez vous renseigner un peu.

    • Lucas le 08.03.2011 13:46 Report dénoncer ce commentaire

      Le sage montre la lune... le sot regarde le doigt.

      Ca vaut pas la peine de perdre son temps à expliquer ce genre de choses à ce genre de personne. C'est comme communiquer avec quelqu'un qui vit dans un univers parallèle... c'est impossible. J'ai 25 ans, j'allais à Artamis depuis mes 15 ans. J'ai ni sombré dans la drogue ni été atteint dans mon "intégrité corporelle". Je ne connais pas votre parcours de vie (et tant mieux) mais autant d'aigreur...ça fait bien plus peur (pour le futur) que le prétendu "no man's land" qu'était Artamis.

    • Lucas le 08.03.2011 13:46 Report dénoncer ce commentaire

      Le sage montre la lune... le sot regarde le doigt.

      Ca vaut pas la peine de perdre son temps à expliquer ce genre de choses à ce genre de personne. C'est comme communiquer avec quelqu'un qui vit dans un univers parallèle...c'est impossible. J'ai 25 ans, j'allais à Artamis depuis mes 15 ans. J'ai ni sombré dans la drogue ni été atteint dans mon "intégrité corporelle". Je ne connais pas votre parcours de vie (et tant mieux) mais autant d'aigreur...ça fait bien plus peur (pour le futur) que le prétendu "no man's land" qu'était Artamis.

    • Marcel Kropotkine le 24.03.2011 14:59 Report dénoncer ce commentaire

      S'informer avant de parler...

      Parler sans s'informer semble être le mot d'ordre des sympathisants d'un parti qui prétend représenter les citoyens genevois ou d'un autre parti qui se prétend démocratique et du centre... Ni l'Usine, ni le MàD, ni la Maison de quartier n'ont squatté quoi que ce soit et n'ont prétendu avoir plus de droits que quiconque. Cependant, on est en droit de se demander pourquoi un changement de nom si "opportun" intervient en ce moment même... Quelle coïncidence... Quant à Robert, veuillez SVP me faire connaître les dates et les lieux ou se sont tenues ces prétendues consultations de la population

  • Robert le 07.03.2011 09:00 Report dénoncer ce commentaire

    mauvaise foi de Mme Schlechten

    Quand on veut s'impliquer dans un projet, on se tient au courant. Et si l'on oublie, il ne faut pas rejeter la faute sur l'Etat (et s'en plaindre au 20 Minutes). Concernant l'aménagement de quartier de l'ex-Artamis (Carré-Vert, Moulin à Danses, ...), l'information a été plus que suffisante. Outre la Feuille d'Avis Officielle, l'information a été diffusée dans tout le quartier, des réunions et des consultations ont été organisées avec la population et la association, etc.

  • Eric le 06.03.2011 21:09 Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre citoyens

    Quelle mauvaise fois qui augure un totalitarisme qui se met en place sournoisement.

  • C.Paduboulo le 06.03.2011 20:44 Report dénoncer ce commentaire

    Trop dure la vie

    Entre la grasse matinée et la sieste, ces glandeurs n'ont même plus le temps de lire la FAO.

    • jean-jacques le 07.03.2011 10:53 Report dénoncer ce commentaire

      mais tant mieux

      ... Et un commentaire comme ça n'est bien sûr ni blessant ni injurieux!! quand on sait que les "glandeurs" bossent comme des damnés ... bravo 20 minutes!

  • matrog le 06.03.2011 19:06 Report dénoncer ce commentaire

    C'était un nouveau, magnifique.....

    ............ chapitre, dans l'histoire "Genève, république bananière" ! On renouvèle les élus, souvenez vous en quand vous remplirez le bulletin de vote !