Genève

21 juillet 2014 16:55; Act: 22.07.2014 09:53 Print

Il s'était défoulé sur un gardien de but

par Julien Culet - Un footballeur amateur a été reconnu coupable ce lundi de lésions corporelles graves. Il avait frappé le portier adverse après un match entre deux équipes genevoises en avril 2013.

storybild

Les faits se sont déroulés en avril 2013, au stade de Frontenex (archive). (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Une faute?

«Le coup, je ne m'en souviens pas, je ne l'ai pas vu venir. Je me suis retrouvé au sol, tout le monde criait: «Il lui a explosé le nez.» J'ai touché et je me suis rendu compte que je saignais.» Gardien de but en 5e ligue, le plaignant garde des séquelles de la violente agression dont il a été victime à la fin d'un match entre deux équipes genevoises.

Gênes persistantes

Les faits se sont déroulés en avril 2013 au stade de Frontenex. Alors que la partie venait de se terminer sur un score de 2 buts partout, le portier a été invectivé par un joueur. C'est en allant signaler les faits à l'arbitre qu'un autre adversaire, jugé ce lundi, l'a violemment frappé au visage. La victime s'en est tirée avec deux plaies «en y» de 3 et 6 cm, un hématome sous l’œil droit et de petites fractures aux dents.

Devant le Tribunal de police de Genève, le gardien a égrainé les petites gênes qui persistent, quinze mois après: «Ça me tire en permanence, je ne peux plus dormir du côté droit. Ma joue est toujours enflée par la cicatrice, j'en garde une asymétrie.» A la barre, son médecin a déclaré ne pas savoir si l'état de son patient pourrait s'améliorer un jour.

Football terminé

L'accusé, un homme de 34 ans, reconnait les faits. «Avec le travail, les horaires irréguliers, j'étais fatigué. J'ai craqué psychologiquement. Je suis désolé, ce n'est pas dans mes habitudes.» Il affirme avoir tapé avec la paume de la main. Un témoin dit l'avoir vu asséner un violent crochet, poing fermé.

Quoiqu'il en soit, la juge l'a déclaré coupable de lésions corporelles graves. Il devra verser à la victime 2500 francs de dédommagement pour tort moral. Au niveau sportif, le prévenu avait été suspendu 9 mois. Il déclare n'avoir pas repris le football après. «Les sports collectifs, c'est fini pour moi. Je ne fais plus que du sport en individuel.»