Genève

17 septembre 2019 08:57; Act: 17.09.2019 09:05 Print

Il se masturbe à Uni Mail et terrorise les étudiantes

par Lucie Fehlbaum - Un homme a investi une bibliothèque de l'alma mater en août. Il y a adopté un comportement outrageant. Puis a disparu.

storybild

Uni Mail abrite le droit, les sciences sociales et l'économie. (Photo: Lucien Fortunati)

Une faute?

«Il est resté vingt minutes devant moi, mais c'est seulement lorsqu'il a remonté sa braguette et qu'il est parti en courant que j'ai réalisé ce qu'il faisait.» Eva a été choquée. Début août, elle révisait à la bibliothèque d'Uni Mail pour la session d'examens estivale. Elle a eu la malchance de croiser quatre fois d'affilée le même individu, qui se masturbait en observant les étudiantes, profitant des rayonnages pour passer inaperçu. Malgré les dénonciations d'Eva, le rôdeur s'est enfui. «Il se cache bien, les filles ne savent même pas qu'elles sont observées, c'est hyper dérangeant», confie la jeune femme, qui a choisi un nom d'emprunt par peur de représailles de la part du satyre.

Signalement pas envoyé

Au total, la victime a dû signaler et décrire l'individu à trois reprises aux bibliothécaires. Il était «toujours habillé pareil, âgé d'environ 35 ans». Lors de leur première rencontre, Eva était tellement effrayée qu'elle n'a rien fait. «Le lendemain, je l'ai revu, poursuit-elle. Une amie m'a encouragée à le dénoncer.» L'étudiante, parfois accompagnée d'amies, est ensuite tombée deux fois sur le rôdeur. Un Securitas «a avoué que ça n'était pas la première fois qu'un type bizarre se promenait à Uni Mail, se remémore Eva. Il était impuissant pour l'attraper, vu la taille de la bibliothèque.»

Pas attrapé

L'Université a confirmé la présence de l'individu et a pris au sérieux les plaintes le concernant. Elle a collaboré avec la police et «la sécurité a été renforcée par un agent en civil sur le site de la bibliothèque», précise Aurélie Kuntschen, attachée de presse de l'institution. Mais le rôdeur n'est plus revenu et n'a pas pu être appréhendé. Eva se dit «très déçue. J'ai expliqué et décrit tout ça en vain. J'espère qu'avec la rentrée, il ne reviendra pas, mais je n'ai pas trop d'espoir vu qu'apparemment rien ni personne n'arrête ce type.»