Genève

04 octobre 2011 10:32; Act: 04.10.2011 15:51 Print

Il tue, se shoote à l'héro et va récupérer sa fille

Un homme comparaît depuis mardi matin devant le tribunal criminel. Il est notamment accusé d’assassinat et d’atteinte à la paix de morts. Tout ça pour une affaire de deal qui a mal tourné en janvier 2010.

Une faute?

«Je demande pardon à la famille. J’aimerais revenir en arrière, mais c’est impossible.» C’est par ces mots que C. L., s’adressant aux proches de sa victime, a entamé sa déposition mardi matin au tribunal criminel. Parmi les frères et soeurs de l’homme égorgé début 2010, certains ont soutenu le regard du présumé assassin. D’autres ont préféré l’éviter. Car les faits, tels que relatés dans l’acte d’accusation, peuvent donner la nausée.

Une pluie de coups de couteau

Le 29 janvier 2010, la victime reçoit son dealer C. L. dans son appartement de la rue de Carouge. Le visiteur vient réclamer les 900 fr. qui n’ont pas encore été réglés lors de la transaction d’une plaque de 120 g de haschich. Mais l’acheteur n’a pas de sous et une dispute s’engage entre les deux hommes. C. L. sort alors son couteau et assène un coup à la gorge de son client. Un geste qui s’accompagne d’une pluie d’autres qui couvrent tout le haut du corps. A terre, la victime agonise. Quant à C.L., il lave ses mains, son arme et fouille le logement à la recherche d’argent. Il récupère 100 g de hasch, puis il s’empare d’une bouteille d’alcool à brûler, jette du liquide sur deux chiffons et met le feu à l’appartement dans l’idée de faire disparaître les traces de son crime.

Il rejoindra ensuite un camarade avec lequel il achètera 5 g d’héroïne pour aller se shooter. Finalement, il va récupérer sa fille chez sa nourrice, rentre chez lui, se douche se débarrasse de ses vêtements et reprend une vie normale.

(sha)