Procès à Genève

21 mai 2012 15:20; Act: 21.05.2012 17:02 Print

Ils risquent la prison à vie

Une femme de 39 ans et un homme de 44 ans, qui aurait agi comme un tueur à gage, sont jugés pour un assassinat commis en 2008. Ils risquent la prison à vie devant le Tribunal criminel de Genève.

Sur ce sujet
Une faute?

Une femme et un homme sont jugés depuis lundi pour l'assassinat en novembre 2008 du compagnon de la prévenue. L'homme a été tué pendant son sommeil de deux balles dans la tête.

Sur le banc des accusés sont aussi assis la mère de la prévenue, ainsi qu'un marchand de chevaux qui aurait mis en contact les deux femmes avec le présumé tueur à gage. Ces personnes doivent répondre d'instigation à assassinat. Elles encourent également une lourde peine si elles sont reconnues coupables.

Le présumé assassin rejette les charges qui pèsent contre lui et plaidera l'acquittement, tout comme le marchand de chevaux. L'accusée principale et sa mère, de leur côté, veulent être jugées pour meurtre et instigation de meurtre, affirmant qu'elles en sont arrivées à cette extrémité car la victime leur faisait peur.

La cupidité comme moteur

La lecture du dossier par le Ministère public et la partie plaignante est diamétralement différente. Le mobile du meurtre serait la cupidité, selon l'accusation. Les relations au sein du couple battaient de l'aile depuis un certain temps et l'homme aurait envisagé une séparation. Sa compagne l'aurait tué pour s'accaparer son héritage.

Les faits se sont déroulés en automne 2008. Selon l'acte d'accusation, la prévenue et sa mère ont fait part de leur intention de se débarrasser de la victime au marchand de chevaux. Ce dernier leur a présenté un monteur électricien capable d'accomplir cette tâche en échange de 50'000 francs.

Le tueur à gage reçoit cette somme et fin novembre 2008, avec l'aide l'accusée principale, il aurait pénétré dans l'immeuble de sa victime, situé près de l'aéroport de Genève. L'homme et la femme se seraient introduits dans l'appartement en passant par le toit de l'ascenseur qui permettait d'accéder directement au logement.

Faire reconnaître son mariage

L'assassin aurait alors abattu de deux balles dans la tête l'homme qui dormait avant de nettoyer l'appartement avec la prévenue et de disparaître. Quelques jours plus tard, la prévenue a procédé à diverses démarches pour que son mariage conclu avec la victime en 2004 à Las Vegas soit reconnu officiellement.

Selon l'accusation, le crime a été prémédité durant plusieurs semaines. La défense des deux femmes, pour sa part, va tenter de prouver que la victime terrorisait sa compagne et que la mère et la fille ont recouru à un tueur à gages pour mettre fin à ces intimidations et à ce climat de peur.

Les quatre accusés sont de nationalité suisse. Les deux femmes sont originaires du canton de Vaud, le marchand de chevaux est né à Lausanne et le tueur à gage présumé est Fribourgeois.

(ats)