Genève

26 février 2020 12:19; Act: 26.02.2020 12:27 Print

Indemnité triplée en appel pour la victime d'un viol

La justice a augmenté l'indemnité due à une femme violée en 2007. La Cour a insisté sur les circonstances particulièrement graves de l'agression.

storybild

(Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

Après un viol collectif commis en pleine rue, le 16 mai 2007 dans le quartier de Plainpalais, la victime avait obtenu 20'000 francs d'indemnisation pour tort moral de la part de l'un de ses agresseurs, A., par ailleurs condamné à 5 ans et demi de prison. Âgée de 17 ans à l’époque des faits, elle a fait appel et a récemment obtenu 60'000 francs. Selon l’arrêt que s'est procuré la «Tribune de Genève», les juges ont estimé que «le viol subi a été particulièrement grave, s’agissant d’une infraction commise en commun au détriment d’une jeune femme à l’aube de l’âge adulte». Ils ont ainsi relevé les circonstances sordides, les violences et la cruauté de l'agression.

Le cas de A. avait défrayé la chronique. Deux mois après le viol, il avait en effet été arrêté et incarcéré à Champ-Dollon pour vol à l'astuce, avant d'être relâché par erreur. Le procureur, le Tribunal d'application des peines, le Service d'application des peines et la prison de Champ-Dollon avaient validé sa libération conditionnelle, car ils pensaient que l'individu était seulement incarcéré pour un petit larcin. Ils avaient oublié de vérifier s'il était poursuivi pour d'autres faits. Pourtant, son ADN, relevé avant la fin de son incarcération, avait permis de le lier au viol du 17 mai 2007. Le prévenu s'était alors évaporé et n'a été retrouvé que dix ans plus tard en Autriche, d'où il a été extradé.

(dra)