Genève

09 avril 2019 17:18; Act: 09.04.2019 17:45 Print

Invitation à un voyage révolutionnaire en 1850

La Maison Tavel accueille pour trois mois une expérience de réalité virtuelle à couper le souffle dans la Genève du XIXe.

Le voyage virtuel débute au sommet du Salève. Les visiteurs sont invités à monter dans une diligence.
Sur ce sujet
Une faute?

Une expérience de réalité virtuelle inédite est à découvrir dès vendredi dans le sous-sol de la Maison Tavel à Genève. Les visiteurs sont plongés dans la Genève de 1846 en pleine révolution fazyste. Sensations fortes garanties.

Cette installation développée par la Fondation Artanim en collaboration avec le Musée d'art et d'histoire de Genève a pu être testée mardi par la presse. Equipés de capteurs et d'un casque avec écran en 3D, les visiteurs partent par groupes de quatre après avoir choisi un avatar en costume d'époque.

Dès le départ sur le haut du Salève, l'impression d'y être vraiment est surprenante. Les images se mêlent aux sons, aux odeurs et aux vibrations. Il est aussi possible de toucher des objets de ce monde virtuel. De petits détails, comme un rat qui détale ou un homme qui éternue, confère à ce monde numérique une certaine réalité.

Les visiteurs traversent la ville en diligence pour retrouver le radical James Fazy dans les locaux du Journal de Genève. Il prépare une révolution. Il faut fuir en pleine nuit par une porte dérobée. Des affrontements éclatent en contrebas dans le quartier de Saint-Gervais.

A l'issue de ce soulèvement populaire, les radicaux ont pris le pouvoir pendant dix ans. C'est l'avènement de la Genève moderne. L'expérience virtuelle qui se termine dans les hauteurs dure une quinzaine de minutes.

Open data

«Ce projet a nécessité neuf mois de travail et l'intervention de nombreux spécialistes dont des scénaristes, des chimistes pour les odeurs, des designers 3D et des comédiens», a indiqué Caecilia Charbonnier, directrice de recherche chez Artanim, une fondation dédiée à la promotion de la capture de mouvement. Il a été réalisé à partir des données de la numérisation du Relief Magnin.

Achevée en 1896 après 18 ans de travaux, cette maquette de Genève de 30 m2 porte le nom de son concepteur l'architecte Auguste Magnin. Exposée à la Maison Tavel, elle reproduit exactement la cité de 1850. Les données issues de sa numérisation ont été rendues publiques par la Ville de Genève afin que les scientifiques puissent les exploiter.

Ludique mais scientifique

Pour Sami Kanaan, maire de la Ville de Genève, «cette expérience ludique est basée sur une vraie démarche scientifique». Elle permet de réinventer l'histoire de Genève à travers le relief Magnin. Le chef du département de la culture se réjouit aussi de pouvoir attirer de nouveaux publics avec ce type d'installation.

Ce voyage en immersion pour lequel une réservation est obligatoire est visible jusqu'au 14 juillet. Le dispositif pourrait ensuite déménager dans d'autres institutions. En Suisse, l'Artlab de l'EPFL et le Musée d'art digital (MuDa) de Zurich ont manifesté leur intérêt.

(ats/20min)