Canton de Genève

13 novembre 2019 17:12; Act: 13.11.2019 17:47 Print

L'ASLOCA veut davantage de logements sociaux

La proportion des logements sociaux n'est pas suffisante selon l'ASLOCA Genève. Pour y remédier, elle a lancé un référendum mercredi.

storybild

L'ASLOCA Genève veut obtenir une proportion plus importante de logements sociaux. (Photo: Keystone/archive)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ASLOCA Genève lance un référendum cantonal pour modifier la répartition des catégories de logements en zones de développement. Elle veut obtenir une proportion plus importante de logements sociaux que les 30% obligatoires, votés en octobre par le Grand Conseil.

La majorité de droite a ainsi pérennisé une règle provisoire. Les défenseurs des locataires et la gauche considèrent, eux, que ce taux est trop bas et ne permet pas de répondre aux besoins de l'immense majorité de la population. L'annonce du lancement du référendum a été publiée mercredi dans la Feuille d'avis officielle. Le délai de récolte de 5'294 signatures valables est fixé au 11 décembre.

Ces dix dernières années, 50% des nouvelles constructions ont été des villas ou des PPE, 33% des logements sociaux et 17% des logements locatifs. Pour construire plus de logements pour la classe moyenne, le Conseil d'Etat proposait d'instaurer le ratio d'un tiers de logements d'utilité publique (LUP), d'un tiers de locatifs libres et d'un tiers de PPE en zone de développement.

Contre le statu quo

Refusée par la droite, cette réforme figurait dans le contre-projet du gouvernement à l'initiative populaire cantonale de la gauche «Construisons des logements pour toutes et tous», invalidée par le Tribunal fédéral. Ce texte demandait notamment qu'au moins 50% des logements construits en zone de développement soient des LUP, afin d'atteindre l'objectif légal de 20% de LUP dans le parc de logements.

Pour les référendaires, le statu quo en zone de développement n'est pas acceptable, car il permet aux milieux immobiliers de faire d'immenses profits, avec des biens de luxe à vendre et des loyers hors de prix. Ils entendent ainsi aboutir à une modification du ratio de catégories de logements favorable au plus grand nombre.

(nxp/ats)