Genève

25 juin 2013 11:09; Act: 25.06.2013 11:20 Print

L'Etat et la Ville concluent un contrat de sécurité

Polices cantonale et municipale s'attaqueront main dans la main aux problèmes prioritaires qui ont été identifiés. Un bilan sera tiré d'ici à un an.

Une faute?

Grâce à ce contrat, «nous tendons les mailles du filet sécuritaire», a déclaré mardi devant la presse le conseiller administratif Guillaume Barazzone, responsable du département de l'environnement urbain et de la sécurité. La présence des agents sur le terrain sera notamment renforcée.

Des patrouilles mixtes comprenant des policiers municipaux et des gendarmes s'afficheront dans les rues et feront notamment la chasse aux trafiquants de drogue. Le contrat local de sécurité porte aussi sur la lutte contre le tapage nocturne, en particulier dans les quartiers des Pâquis, des Eaux-Vives et de la Jonction.

Les joueurs de bonneteau figurent également dans le viseur, de même que les chauffards, a noté M.Barazzone. Le contrat local de sécurité entre la Ville et l'Etat porte sur une année. «Nous ferons ensuite un bilan et nous ajusterons si besoin le tir», a souligné le magistrat démocrate-chrétien.

L'idée de ces contrats locaux de sécurité est de réunir les acteurs pour mieux utiliser les ressources à disposition, a expliqué le conseiller d'Etat Pierre Maudet, chargé du département de la sécurité. Car aujourd'hui, les finances publiques ne sont pas au mieux et il n'est pas possible de former des policiers à la chaîne.

Le canton a déjà signé en avril un contrat local de sécurité avec la ville de Carouge. Vernier suivra la semaine prochaine. Les agents municipaux se sont vus attribués dernièrement de nouvelles prérogatives à la faveur d'un changement de loi. Les contrats locaux de sécurité leur permettent de passer à la pratique.

(ats)