Genève - CEVA

14 avril 2014 16:56; Act: 14.04.2014 17:05 Print

L'UDC et le MCG veulent une séance extraordinaire

A Genève, l'UDC et le MCG ne sont pas satisfaits des réponses données par le Conseil d'Etat à propos du retard pris par le chantier du CEVA.

Sur ce sujet
Une faute?

Les deux formations ont annoncé lundi vouloir la tenue d'une séance extraordinaire du Parlement pour faire la lumière sur cette affaire.

L'UDC et le MCG soupçonnent le gouvernement de vouloir cacher la vérité sur l'ampleur du retard pris par les travaux et sur «le coût que cela va impliquer pour les Genevois». Les deux partis disent ne plus accorder leur confiance au président du gouvernement François Longchamp.

La mise en service du CEVA, la ligne ferroviaire entre Cornavin, les Eaux-Vives et Annemasse (F), a été repoussée récemment de près de deux ans, la nouvelle échéance étant fixée à fin 2019. Une partie du retard est due à des problèmes rencontrés lors du percement du tunnel de Champel. Le terrain étant moins cohérent qu'espéré, un renforcement des mesures de construction a été décidé.

Signatures nécessaires

Selon l'Etat de Genève, ce retard n'a pour l'instant aucune répercussion financière. Des économies sont réalisées sur d'autres tronçons du chantier, où le prix des travaux est moins élevé que prévu. La construction du CEVA a été évaluée à 1,6 milliard de francs environ, dont 44% sont à la charge du canton.

Pour pouvoir convoquer une séance extraordinaire du Grand Conseil, le MCG et l'UDC devront obtenir la signature de 30 députés. L'opération ne devrait être qu'une formalité pour les deux partis qui disposent ensemble de 31 élus au Parlement. Si la séance extraordinaire a lieu, elle ne se tiendra pas avant le mois de mai, ont précisé les services du Parlement.

(ats)