Genève

07 décembre 2014 23:07; Act: 08.12.2014 07:05 Print

L’Uni inaugure d’un côté et se délabre de l’autre

par Marine Guillain - Des étudiants des Bastions estiment que les locaux tombent en ruines. Ils le font savoir, alors qu’ouvre la fac sise aux Philosophes.

storybild

Des étudiants genevois estiment que les locaux tombent en ruines.

Une faute?

Quatre ans de travaux à hauteur de 25 millions de francs. Le bâtiment universitaire des Philosophes, qui abrite une partie de la Faculté des Lettres, a été entièrement remis à neuf. Son inauguration a lieu lundi après-midi. Quelque 300 m plus loin, aux Bastions, des étudiants bossent dans le froid, avec des odeurs d’égouts, des murs à moitié repeints et des morceaux de plafond qui tombent.

Pour faire part de leur désarroi, ils organisent, également lundi, une «non-inauguration» de leur bâtiment: «On veut rappeler que, au départ, les Bastions devaient faire partie de ce projet de rénovation. On ne veut pas être oubliés», explique Deniz Ates. Selon cet étudiant de 26 ans, les conditions d’études ne sont pas «réellement dangereuses. Mais elles ne sont pas confortables.» Le jeune homme évoque des ordinateurs qui s’éteignent quand bon leur semble, ou un examen de 8 h sur de vieux bancs en bois.
L’Etat se dit conscient de la nécessité d’entretenir Uni-Bastions. «L’idée était de rénover d’abord les Philosophes, puis d’y transférer des entités des Bastions afin d’effectuer des travaux là-bas», explique-t-on au Département des finances.

Le projet de rénovation global du site ayant été reporté au plus tôt à 2022, l’Etat investit dans des travaux à court terme (lire encadré). L’Uni ­aussi: «Nous mettrons environ 500'000 fr. en 2015 pour poursuivre ces améliorations», note Jean-Luc Veuthey, vice-recteur chargé des bâtiments.