Genève

29 octobre 2015 09:21; Act: 29.10.2015 21:40 Print

L'Usine sanctionnée par les élus de droite en Ville

Le Conseil municipal gèle la subvention du centre alternatif. Il exige aussi le remboursement des dégâts causés lors du défilé de soutien à l'Usine.

storybild

Des noctambules devant l'entrée de l'Usine, ultime bastion genevois de la culture alternative. (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Usine a fait les frais des débordements survenus le week-end dernier en marge de la manifestation contre le Conseil d'Etat. Ce mercredi soir, malgré l'opposition de la gauche, le Conseil municipal de la Ville de Genève a sanctionné le centre autogéré.

La majorité de droite a réclamé le blocage de toute subvention tant que ce haut lieu de la culture alternative n'aura pas répondu aux exigences du Canton. Le Département de la sécurité et de l'économie (DSE) requiert depuis des mois une autorisation pour chacune des cinq buvettes de l'Usine. Mais cette dernière estime ne devoir obtenir qu'une seule autorisation - globale - pour une structure unique qui accueille plusieurs associations. C'est le modèle en vigueur depuis 25 ans. Ce conflit latent a abouti le week-end passé à une manifestation nocturne non autorisée, au cours de laquelle des déprédations (tags, graffitis) ont été commises.

Le Conseil municipal de la Ville a aussi demandé que les coûts des dégâts causés soient remboursés par l'Usine: ils seraient ponctionnés sur la subvention obtenue dans le cas où elle se conformerait finalement aux exigences de l'Etat.

Crainte d'une fermeture

Le Collectif pour une vie nocturne riche, vivante et diversifiée se dit inquiet, «étant donné les risques de fermeture de l'Usine». Il estime que Genève est déjà aujourd'hui en manque d’offre nocturne. «Les autorités ont principalement tendance à recourir à la régulation répressive et à la mise sous pression. Nous considérons qu’une telle action politique (...) a comme conséquence de mettre à mal un cadre pourtant approprié à la culture de la nuit.»

Le conseiller administratif de la Ville en charge de la culture, Sami Kanaan, a annoncé mercredi soir que l'Etat avait fait une nouvelle proposition à l'Usine. Mais le socialiste n'a pas donné le détail de cette offre.

De son côté, le conseiller d'Etat Pierre Maudet, à la tête du DSE, assure dans la Tribune de Genève qu'il n'a pas l'intention de fermer l'Usine.

(dra)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Joul le 29.10.2015 09:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Juste

    Ex dj, J ai passé ma période 16-20ans la bas... Ancien palais, artamis. J ai adoré ! Ce lieux devrait rester, ca manque à Geneve. Par contre je condamne le déprédation qui seront payé par nos impôts ! On ne peu pas laisser faire ces comportement. Et en plus de vois mettre la politique à dos, vous vous êtes mis le peuple à dos...... Réfléchissez un peu la prochaine fois avant de tout casser.

  • Kobalt le 29.10.2015 10:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Logique

    Il fallait s'y attendre. On ne peut pas d'un côté tendre la main pour recevoir des subventions, et de l'autre se la jouer "rebelle" en décidant soi-même des règles qu'on veut bien suivre. C'est celui qui paie qui décide ; c'est comme ça dans la vraie vie, que cela nous plaise ou pas. Une question, néanmoins, sans sous-entendu : comment se fait-il que cet établissement ait besoin d'autant de subventions ? N'y a t il pas assez de clientèle ? Je ne me souviens pas que ce soit gratuit. Et pourquoi ne trouve-t-on pas ce genre de problème dans les autres cantons ?

  • Michel PONT le 29.10.2015 09:52 Report dénoncer ce commentaire

    La loi c'est la loi

    Personne ne demande la fermeture de l'usine, mais seulement que cette dernière ce conforme à la loi et que cesse les tagues sur les immeubles et les commerces. Bravo la droite de vouloir prendre sur la subvention de l'usine les frais de nettoyage des commerces et des immeubles. C'est la moindre des choses.

Les derniers commentaires

  • Nico le Frouz le 30.10.2015 19:08 Report dénoncer ce commentaire

    Genève, future belle endormie ?

    Avec la fermeture progressive de ses lieux de nuit, la Haute-Savoie s'est endormie, quant au Pays de Gex n'en parlons pas... Amis Genevois, ne faîtes pas les mêmes erreurs !

  • Lili le 30.10.2015 13:35 Report dénoncer ce commentaire

    Des lois "alternatives"

    Il faut effectivement des lieux accessibles en terme de prix et de situation géographiques où les jeunes puissent se retrouver le soir et ceci dès 16 ans . L'usine est un des rares endroits à Genève où un bar avec musique offre cette possibilité. Soit, mais il n'y a aucune raison qu'un lieu public, financé en partie par l'état, ne soit pas soumis aux mêmes règles (bonnes ou pas) que les établissements privés. A savoir, l'interdiction de fumer dans les lieux publics (bar,restaurant,disco, etc.) n'est pas respectée à L'Usine, comment cette situation est-elle possible?

  • Maximus le 29.10.2015 16:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les priorités de droite

    C'est marrant que vous parliez tous du respect de la loi ! On attend toujours pour l'égalité salariale homme-femme... Ça fait juste 19 ans...

  • Marco le 29.10.2015 15:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore

    C'est très bien, matés les gauchistes qui reçoivent du pognon du contribuable et qui se croit tout permis!!!

  • un jeune qui veut comprendre le 29.10.2015 15:17 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi?

    J'admets, je supporte l'usine mais je condamne les graffitis faits durant la manifestation. Par contre, je ne comprends pas cette haine envers l'usine... Pourquoi seule l'usine est attaquée quand on sait que certaines autres boites où il y a tout autant de drogue? Pourquoi tout d'un coup on veut retirer une exception qui dure depuis 25 ans? Pourquoi le simple fait d'être "alternatif" ou "hors des standards" fait si peur? J'essaye sincèrement de comprendre pourquoi tant de haine contre une institution qui fait du mal à personne, mais qui est là pour faire divertir des milliers de jeunes.