Meurtre à Onex (GE)

27 mars 2019 21:53; Act: 27.03.2019 21:53 Print

L'accusé avait déjà testé sa «méthode maléfique»

par Léonard Boissonnas - L'homme jugé depuis lundi pour le meurtre de sa voisine en 2015 n’en était pas à son coup d’essai. Il encourt la prison à vie et l’internement.

storybild

Le Tribunal criminel devrait rendre son verdict le 3 avril. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«Le prévenu a mis en œuvre une méthode maléfique, testée sur d’autres»: pour le procureur Endri Gega, le Portugais de 53 ans accusé d’avoir éliminé sa voisine puis brûlé son corps, en février 2015, avait en quelque sorte déjà répété les faits qui lui sont reprochés aujourd'hui. «Mais il s’en est toujours sorti», a-t-il relevé.

Pratiquement le même scénario

Dans son réquisitoire mercredi, le représentant du Ministère public a rappelé plusieurs témoignages «frappants» récoltés durant l’enquête, comme celui de l’ex-petite amie du prévenu. Celle-ci avait vécu en 1992 un «calvaire» semblable à celui de la victime. L’accusé l’avait attirée chez lui, puis l’avait ligotée avec l’intention de la faire disparaître.

Pour le magistrat, les deux histoires se recoupent: «Il a réutilisé pratiquement le même scénario.» Sauf que cette fois, la proie s’en était sortie en consentant à coucher avec lui. «Y a-t-il eu des rapports sexuels forcés avec la victime, ou un refus?», s’est d’ailleurs interrogé Endri Gega à propos du 5 février 2015.

Intelligence «au profit du mal»

Autre épisode annonciateur: par le passé, le prévenu avait emmené sa sœur près d’une falaise pour la précipiter en bas, avant de renoncer. Un scénario qui rappelle la manière dont l’homme se serait débarrassé du corps de sa voisine. Sa cruauté envers les animaux a aussi été évoquée. Selon son beau-frère, le prévenu était «capable d’ouvrir vivant un oiseau pour voir battre son cœur». «C’est un prévenu pas comme les autres, doté d’une certaine intelligence qu’il a mise au profit du mal», a noté le procureur.