Genève

08 septembre 2019 21:17; Act: 09.09.2019 07:38 Print

L'arrestation qui révèle les dessous des vols de motos

par Jérôme Faas - Alors que les gros cubes disparaissaient à la pelle, un fourgon français a été suivi et intercepté.

storybild

Durant le premier trimestre 2019, plusieurs dizaines de grosses motos et de scooters puissants ont été volés dans les rues genevoises. (Photo: Laurent Guiraud - TDG)

Une faute?

D. et M. se sont fait arrêter dans la nuit du 17 au 18 avril à Châtelaine. Quand les inspecteurs leur sont tombés dessus, ces deux frères de 19 et 20 ans vivant en France voisine venaient d’enfourner deux motos dans une camionnette. Il ne s’agissait pas d’un larcin isolé. L’un d’eux, D., a en effet admis avoir volé quinze deux-roues depuis fin février 2019.

La police judiciaire les a pincés dans un contexte de recrudescence des vols de gros cubes et de puissants scooters: depuis janvier, quelque 200 motos de grosse cylindrée et 40 T-Max avaient été dérobés, la nuit, souvent au centre-ville. Ayant saisi le mode opératoire, les forces de l’ordre ont alors décidé de monter un dispositif d’observation près des douanes pour repérer le fourgon à son entrée en Suisse. Lorsqu’il est apparu, il a été suivi jusqu’à la commission du vol, offrant un flagrant délit aux enquêteurs.

D. a expliqué qu’il déposait les motos dans la rue, la nuit, en France, où le commanditaire les récupérait le lendemain. Il a affirmé agir par peur. Selon lui, une bande le forçait à dérober des deux-roues pour rembourser une dette de 10 000 euros. Chaque véhicule remis réduisait l’ardoise de 500 euros. «Il s’est retrouvé englué dans cette situation à cause d’une histoire de haschisch volé qui a mal tourné et à laquelle il est étranger, déclare son avocat, Me Alex Naray. Plusieurs gangs de voleurs d’Ambilly et d’Annemasse sont actifs à Genève. Ils ont profité du jeune âge de mon client pour le contraindre.» Me Benjamin Grumbach, l’avocat de M., ne s’est pas exprimé.