Genève

19 juillet 2018 16:00; Act: 19.07.2018 21:09 Print

Le toit de l'église a cédé et le feu a dévoré l'intérieur

Un incendie a ravagé l'église du Sacré-Coeur, à Plainpalais, jeudi après-midi. Peu avant 19h, le sinistre était sous contrôle.

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est une catastrophe pour la communauté latino-américaine catholique», se lamente Luis devant l'église du Sacré-Coeur, à Plainpalais (GE), quasi détruite par le feu jeudi après-midi. Assis devant l'impressionnant dispositif mis en place par les pompiers, dans la fumée âcre, il regarde le bâtiment se consumer alors que des torrents d'eau coulent du toit. «Je ne suis pas particulièrement pratiquant, mais l'église est pleine tous les dimanches. Pour certains de mes amis, ce sera un drame, une énorme perte pour la communauté», ajoute-t-il.

Un peu plus loin, Andrès explique que la paroisse déploie «une grande activité religieuse et sociale, comme de la distribution de nourriture ou d'habits. Cela va être difficile pour le quartier, car la paroisse est très active».

Parti des combles

Le feu a pris dans les combles pour une raison indéterminée. L'alarme a été donnée à 15h44 et les pompiers du Service d'incendie et de secours de la Ville de Genève (SIS) sont arrivés à 15h46, indique Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police cantonale genevoise.

Cinquante hommes du feu professionnels et des volontaires de la Ville, ainsi que 23 véhicules ont été mobilisés. Quatre échelles munies de lance ont été déployées. Elles envoient de l'eau à un débit de 2600 litres par minute, précise le capitaine Frédéric Jaques du SIS.

L'église du Sacré-Coeur en feu

Sous contrôle à 18h45

A 18h45, le sinistre était sous contrôle. La toiture s'est effondrée sur le plafond, qui lui-même menaçait de s'affaisser. Les flammes se sont alors propagées dans les étages inférieurs. L'intérieur des lieux a été complètement détruit en raison des flammes et de l'eau employée par le SIS.

Des logements pour étudiants ont été évacués. Le prêtre n'était pas présent, confirme l'abbé Pascal Desthieux, vicaire épiscopal du canton de Genève, qui a pu joindre le curé. A priori aucune victime n'est à déplorer, mais les pompiers vont inspecter les gravats pour s'en assurer, a indiqué le commandant du SIS, Nicolas Schumacher. En début de soirée, les hommes du feu ont pu pénétrer dans le bâtiment, accompagné de spécialistes du Patrimoine, afin d'évacuer les oeuvres d'art qui pouvaient encore l'être.

Pompiers professionnels et volontaires, ainsi que la police cantonale vont rester sur place toute la nuit, en vue de sécuriser les lieux et éviter un effondrement plus conséquent.

Une banque à proximité a été évacuée par précaution et des vérifications étaient menées dans les immeubles adjacents. Les pompiers tablent sur une longue opération. Il est fortement conseillé aux passants d'évacuer le secteur, en raison de la fumée notamment.

Secteur bouclé et perturbations

Le secteur a été bouclé. Le boulevard Georges-Favon, à la hauteur de la place du Cirque est fermé à la circulation, tout comme les rues Harry-Marc, Jean-François-Bartholoni et une partie de celle du Général-Dufour.

Les Transports publics genevois (TPG) subissent également des perturbations. La ligne du tram 15 et celle du bus 1 à destination du Jardin Botanique sont déviées entre Plainpalais et Stand via la ligne 12. L'arrêt Cirque n'est pas desservi. Le dispositif de restriction de la circulation devrait rester en place toute la nuit, de jeudi à vendredi.

«On perd un outil central»

«Je suis vraiment désolé de ce qu'il se passe, on perd un outil central», réagit l'abbé Pascal Desthieux. Cette église accueille entre autres la messe des jeunes le dimanche et les activités de la Mission espagnole, explique-t-il. Des réunions y étaient régulièrement organisées. L'Eglise devra donc trouver une solution pour reloger ces activités. Selon le capitaine Nicolas Schumacher, il faudra de longs mois au moins pour réhabiliter le bâtiment.

(mpo/leo)