Arme brandie à Carouge (GE)

01 février 2011 18:39; Act: 01.02.2011 22:09 Print

L’élu récolte l’appui des voisins

par Shahïn Ammane - René Guldiman fait l’objet d’une plainte pénale: il avait sorti son pistolet afin de faire régner l’ordre. Mais des habitants le soutiennent.

storybild

Le politicien UDC (médaillon) est le premier signataire de la pétition «halte à la porcherie». (Photo: sha)

Sur ce sujet
Une faute?

Le hall d’entrée des tours de l’avenue Vibert n’était pas rempli de jeunes sauvageons hier midi. Des personnes âgées avaient pris possession du rez-de-chaussée afin de signifier leur ras-le-bol. Elles ont signé à tour de bras une pétition adressée à la fondation HLM de la ville de Carouge demandant de prendre des mesures contre les incivilités juvéniles. En moins d’une demi-heure, 60 personnes avaient paraphé l’initiative «Pour la salubrité et la sécurité dans notre immeuble». En tête de liste, René Guldiman, 71 ans. Le municipal UDC s’est illustré dans la «Tribune de Genève» d’hier. Il aurait exhibé en décembre dernier une arme à la mère de jeunes voisins peu scrupuleux de son bien-être. Cette dernière a porté plainte tout comme le septuagénaire.

«J’ai sorti le chargeur de mon pistolet 9mm pour leur montrer qu’il n’était pas rempli de pastilles Valda, mais de balles réelles», lâche l’élu, président d’un club de tir. L’homme est entouré de supporters. Edith, 69 ans, se porte à ses côtés: «Les jeunes font du chenil dans les allées, s’emporte-t-elle. Moi j’ai peur de sortir de chez moi à la nuit tombée.» Denise, 74 ans, et Ida, 82 ans, acquiescent. «Ces jeunes du quartier se donnent tous rendez-vous ici, ajoute cette dernière. Il faut des digicodes aux portes».

Envisagent-elles de donner leurs voix à leur candidat UDC de voisin lors des prochaines élections municipales? «Je ne sais pas encore», répond Edith. «Cette histoire va peut-être bien me rendre service» conclut pour sa part un René Guldiman satisfait de lui.