Genève

29 avril 2019 21:00; Act: 29.04.2019 21:00 Print

L’histoire sans fin d’une pâtisserie au look ambigu

par Lucie Fehlbaum - Un artisan et une association sont en conflit depuis des années à cause d’un gâteau jugé raciste.

storybild

Le militant qui a dénoncé ce dessert vient dêtre condamné. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Voilà désormais deux ans qu’un dessert au chocolat empoisonne la vie de son créateur et d’une association de lutte antiracisme. Le gâteau, produit par un artisan genevois, imite un hérisson, orné à l’origine de deux grosses lèvres rouges et d’un gros nez en massepain. «Pas un hasard, dénonce André Loembe, vice-président du Carrefour de réflexion et d’action contre le racisme anti-noir (CRAN). Ces symboles humilient les africains.» L’association, alertée par des plaintes de citoyens choqués, a dénoncé la pâtisserie au Ministère public en 2017. Mais de revirement de situation en recours, la mousse sucrée demeure au cœur d’un combat juridique qui traîne en longueur.

Trop loin

En effet, la plainte originale a été classée par le Parquet (lire encadré). Mais le pâtissier a contre-attaqué, déposant plainte à son tour contre le premier secrétaire de l’association. Ce dernier aurait été trop loin en demandant à l’artisan de retirer son produit de la vente, le menaçant notamment de boycott et de sit-in devant ses magasins.

Changement de look

Après une première sanction par un procureur fin 2017 et malgré son recours, l’activiste est passé devant le Tribunal de police début avril. Il s’est vu condamner pour tentative de contrainte contre l’artisan. Pour André Loembe, «la justice s’est focalisée sur la menace et non sur la blessure. C’est surréaliste. Notre pays garantit le respect de chacun mais la plainte d’un homme est passée avant la dignité d’un groupe.» L’histoire ne s’arrêtera pas là puisque le militant fera appel de cette décision. Quant au pâtissier, qui ne veut pas s’exprimer, il a changé le look du gâteau: les attributs ambigus ont disparu.