Genève

18 juin 2018 15:44; Act: 18.06.2018 20:47 Print

L'initiative «Frontaliers: stop!» échoue de peu

Il a manqué 500 signatures pour que le texte du MCG visant l'emploi des frontaliers aboutisse.

storybild

(Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

A Genève, le Mouvement citoyens genevois (MCG) n'est pas parvenu à obtenir suffisamment de signatures pour son initiative «Frontaliers: stop!». Environ 5000 paraphes ont été récoltés, alors qu'il en aurait fallu au moins 5500, a fait savoir lundi le secrétaire général du MCG François Baertschi.

L'aide, sur la fin, de l'UDC, qui avait renoncé à son initiative «Genève d'abord» pour se rallier à celle du MCG, n'a pas réussi à inverser la tendance. Pour M. Baertschi, cet échec est le fruit d'une mobilisation trop timide des militants. «Nous n'avons pas eu assez de mains pour faire signer le texte».

La campagne des élections cantonales a été très dure et a usé les rangs du MCG, a poursuivi le secrétaire général. Selon lui, il ne s'agit nullement d'une perte de crédit du parti auprès de la population. Le MCG a essuyé une cuisante défaite à l'élection au Grand Conseil ce printemps, voyant sa députation réduite de moitié.

Divisions au sein du parti

L'échec de la récolte de signatures est aussi peut-être la conséquence de «nos divisions», a avancé M. Baertschi. Plusieurs membres du MCG, emmené par la figure historique et le leader du mouvement Eric Stauffer, avaient créé peu avant les élections un nouveau parti. Les gens s'étaient pourtant montrés «réceptifs» à «Frontaliers: stop!», a assuré M. Baertschi. Le MCG étudiera la possibilité de relancer une initiative semblable.

«Frontaliers: stop!» visait à obliger les employeurs du canton de Genève à faire d'abord la démonstration de l'absence d'un candidat local compétent pour un poste avant de recourir à un travailleur frontalier. Actuellement, le nombre de permis de travail pour les frontaliers s'élève à environ 100'000 à Genève.

(nxp/ats)