Genève

21 septembre 2018 16:47; Act: 21.09.2018 17:28 Print

La CPEG sous la menace de nouvelles mesures

La situation de la Caisse de prévoyance de l'Etat de Genève (CPEG) reste préoccupante. Des mesures devront être adoptées afin de rétablir son équilibre financier.

storybild

La Caisse de prévoyance de l'Etat de Genève (CPEG) se porte mal. Des mesures pourraient être prises pour 2020. (Photo: Keystone/Salvatore Di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

L'équilibre financier de la Caisse de prévoyance de l'Etat de Genève (CPEG) est préoccupant. Le comité de l'institution indique vendredi qu'en l'absence d'un redressement rapide, des mesures devront être adoptées au 1er janvier 2020 pour résoudre le problème.

Les mesures structurelles envisagées pour 2020 consistent en une baisse de prestations de l'ordre de 10%, fait savoir le comité de la CPEG dans un communiqué. Le 1er janvier dernier, l'âge pivot avait déjà été élevé d'une année, ce qui correspond à une diminution de prestations d'environ 5%.

La CPEG souffre depuis ses débuts, en 2014, d'un défaut de capitalisation hérité du passé, rappelle son comité. La CPEG est d'ailleurs «toujours la caisse publique la plus faiblement capitalisée en Suisse», avec un taux de couverture de 61% à la fin 2017, contre une moyenne de 82%.

Qu'un levier d'action

L'équilibre financier de la caisse dépend d'une part du financement et, d'autre part, des prestations, précise le comité de la CPEG. Le financement est du ressort du Grand Conseil. Le comité souligne qu'il ne peut agir que sur les prestations futures des assurés actifs, celles des assurés pensionnés étant garanties par la loi.

Pour maintenir le taux de couverture exigé par le chemin de croissance qui lui est assigné, le comité de la CPEG dit devoir adopter une stratégie de placement peu conservatrice. L'expert agréé par la CPEG a aussi recommandé la prise de mesures structurelles pour maintenir l'équilibre financier de la caisse à long terme.

Le comité a constaté l'absence de loi prévoyant une capitalisation complémentaire votée par le Grand Conseil. Il prend donc «ses responsabilités» et par une décision de principe entérinée jeudi, il a fixé la date d'entrée en vigueur d'un nouveau train de mesures structurelles au 1er janvier 2020.

Baisse du taux technique

Par ailleurs, le comité a décidé de suivre la recommandation de son expert sur le taux technique d'évaluation des engagements. Ce taux sera abaissé de 2,5% à 2,25% sur deux ans pour suivre la tendance du taux de référence émis par la Chambre suisse des experts en caisses de pension.

La décision à propos de nouvelles mesures et la date de leur entrée en vigueur ne sera définitive qu'une fois la décision formelle prise à la suite de l'assemblée des délégués du 1er novembre prochain, note le comité de la CPEG.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ofmoonlight le 21.09.2018 22:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    merci Beaucoup

    cotiser pendant 45 ans et rien recevoir à la retraite je me réjouis déjà.... merci à la cpeg d'avoir si bien joué avec notre argent.... Et surtout merci aux grands patapons d'avoir pris des décisions de merde en fusionnant les caisses.... mais bon y paraît que c'était pour notre bien.... je suis fan... continuer sur cette lancée vous êtes au top..

  • le doute le 21.09.2018 19:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dans le mur

    Bonjour, je vais partir a la retraite dans peut -être dans cinq ans et au train ou cela va c'est moi qui payerait la caisse.

  • Lise Bone le 21.09.2018 22:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les responsables devant la justice

    La caisse a été mal gérée dit l article alors que l on poursuive les responsables autant que l on poursuit M. Maudet ! Il n y a pas deux poids deux mesures !

Les derniers commentaires

  • Céline le 23.09.2018 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans quelques temps ...

    Voir ce bled bientôt sous tutelle, on va rigoler.

  • Quid le 23.09.2018 08:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et le PL 12130 ...

    Question, pourquoi la caisse de nos 7 magistrat n a toujours pas rejoint la CPEG ? Car il existe un projet de loi depuis des années qui est enterré dans les couloirs des commissions afin de ne jamais le voter ... trop défavorable peut-être ? Car si ces 7 étaient dans la même barque, ils seraient concernés ! Projet de loi modifiant la loi concernant le traitement et la retraite des conseillers dEtat et du chancelier dEtat (LTRCE) (B 1 20)

    • papa poule le 24.09.2018 13:04 Report dénoncer ce commentaire

      au fait...

      trop de fonctionnaire dans ce canton qui se dit de droite !

  • Le Grisonnais le 22.09.2018 18:00 Report dénoncer ce commentaire

    Une honte !

    Si cette caisse avait été gérée avec sérieux et scrupulosité, on n'en serait pas là aujourd'hui, ces messieurs ont joué avec notre argent. Tous en taule !

    • Bernard Madoff le 24.09.2018 10:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Le Grisonnais

      les noms des gestionnaires sont connus depuis des années. Étrangement, ces personnes étaient à la gestion de produits d'une banque privée impliquée dans des histoires fort sympathiques.

    • papa poule le 24.09.2018 13:11 Report dénoncer ce commentaire

      merci les fonctionnaires

      Genferei ... Il en faudra des ponctions fiscales pour que nos chers fonctionnaires ne changent rien : petit boulot ou il ne faut surtout rien changer ; budgets qu'il faut toujours consommer sinon on craint qu'ils ne soient reconduits ; rythme de travail fort sympa ; services de l'Etat faisant régulièrement la Une des medias pour divers soucis de fonctionnement (SAN, OP défaillant, ...). Allez ! au boulot les privés, faudrait pas déranger nos petits fonctionnaires qui pourront ainsi garder leurs gros avantages sans penser à ce que vit le Genevois lambda...

    • Su ffit le 25.09.2018 06:32 Report dénoncer ce commentaire

      Ignorant

      Parlez de ce que vous connaissez! Les services se vident, avec toujours plus de travail. Les retards s'accumulent par manque de personnel. Et comme l'Etat n'engage pas, la caisse de retraite ne se renfloue pas. Entre l'ancienne caisse et celle fusionnée, j'ai personnellement perdu plus de 1000.- par mois. Oui, vous lisez bien. J'ai cotisé pour un montant bien supérieur (et pas magistral...). Et ensuite vous avez le culot de venir nous dire que l'on ne bosse pas? Franchement, je ne vous souhaite pas de vous retrouver dans notre situation.

  • John Frank le 22.09.2018 12:40 Report dénoncer ce commentaire

    Aucune surprise

    Avec des champions comme Maudet à la tête de Genève, il n y a aucun doute sur l incompétence de l Etas.

  • pas normal le 22.09.2018 11:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    annuités

    le problème vient aussi que l état, bloque les annuités. donc moin de revenus pour la caisse.

    • MOOA le 24.09.2018 09:26 Report dénoncer ce commentaire

      Incompétences

      Il n'y a qu'a lire les newsletter de la CEPG. Quand on lit entre les lignes ils disent qu'ils sont nuls et incompétents et que la seule solution est de nous voler.... Perso j'engagerais des traders PRO, nous viverions gratos .... la banque de chine fait 40 milliards de bénéf. et la BNS, UBS et Cie ? Pourquoi le privé peut et pas l'état ?

    • papa poule le 24.09.2018 13:16 Report dénoncer ce commentaire

      re-MOOA

      qu'est-ce qu'ils en auraient à faire ? T'es fonctionnaire quasi à vie, tu bosses peu, tes heures sont comptées même si tu n'en plantes pas une. Alors qu'elle fonctionne ou pas, la CPEG n'est qu'un service étatique de plus avec tous les défauts qu'on leurs connait. Ce qui est triste c'est qu'il faudrait toujours plus de fonctionnaires pour renflouer gentiment la CPEG... alors qu'ils sont déjà légion à se curer le tarin !