Glaciers de la Rade

22 mars 2011 17:37; Act: 22.03.2011 18:05 Print

La Ville dans le collimateur de la justice

Ejectée de son glacier en 2009, la gérante a gagné un premier recours. Mais face à la léthargie des autorités, elle dépose une plainte pénale contre la Ville de Genève.

storybild

Le pavillon est l'un des mieux situés de la Rade. (Photo: dr)

Une faute?

Voilà des mois que Sükran Kesici tente de récupérer le glacier qu’elle exploitait depuis 17 ans au bord du lac. Evincée par la Ville et s’estimant victime de copinage, elle avait fait recours contre la décision des autorités.

Voit-elle enfin le bout du tunnel? Le 3 février dernier, la chambre administrative de la Cour de justice donnait raison à Sükran Kesici. Une première décision qui aurait dû théoriquement lui permettre d’exploiter à nouveau son glacier depuis le 1er mars, et ce tant que le recours initial ne sera jugé sur le fond.

Problème, quelques jours plus tard la Ville, à son tour, contestait cette décision auprès du Tribunal fédéral. Mais les juges de Mont-Repos viennent de juger ce dernier recours irrecevable. Pour autant, Sükran Kesici ne peut pas encore retrouver «son» glacier, le nouvel exploitant (lire encadré) étant toujours sur place et au bénéfice d’un bail parfaitement valable.

Face à cet immobilisme et cet imbroglio, elle a décidé de déposer une plainte pénale contre la Ville pour «insoumission à une décision de l’autorité». La Ville n’a pas souhaité commenter la situation «tant que des procédures sont en cours». Mais Sükran Kesici ne compte pas rester les bras croisés. Si rien ne se passe ces prochains jours, plus motivée que jamais, elle a promis d’amener son propre pavillon et de le déposer à côté de celui de son successeur!

(dti)