Notes de frais

05 décembre 2018 11:23; Act: 05.12.2018 11:59 Print

La Ville dit «oui» à tout, suite au rapport de la Cour

Alors qu'il en avait d'abord refusé certaines, l'exécutif accepte au final l'entier des recommandations émises dans l'enquête sur ses notes de frais.

storybild

Le conseil administratif de Ville de Genève (de gauche à droite: Rémy Pagani, Guillaume Barazzone, le maire Sami Kanaan, Sandrine Salerno et Esther Alder), lors d'une conférence de presse relative à l'audit de la Cour des comptes concernant les frais professionnels de l'exécutif, le jeudi 1er novembre 2018. (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Conseil administratif de la Ville a fait machine arrière dans l'affaire des notes de frais indues, dévoilées le 1er novembre dernier dans un rapport au vitriol de la Cour des comptes. Cette dernière avait émis onze recommandations, dont trois avaient été refusées par le collège. Ce dernier a finalement annoncé qu'il les acceptaient toutes. «Notre position avait été mal comprise en termes de volonté de transparence», a indiqué le maire Sami Kanaan, hier devant le Conseil municipal.

Les trois recommandations initialement refusées concernent la transparence des frais, leur contenu et les certificats de salaire. Dans le détail, la Cour demande d'abord de rendre public les frais annuels et les forfaits dont bénéficient les magistrats. Ensuite, elle demande de préciser ce que couvrent les allocations versées pour frais de représentation. Enfin, l'institution recommande la mise en conformité des certificats de salaire.

Le rapport de la Cour des comptes avait fustigé les élus de la Ville de Genève, particulièrement le PDC Guillaume Barazzone, pour des dépenses téléphoniques exorbitantes, l'utilisation abusive de taxis ou encore l'achat d’alcool, notamment dans un cabaret-karaoké. L'enquête avait ainsi décrit «une organisation opaque couplée à une exemplarité défaillante».

(dra)

Les commentaires les plus populaires

  • Hector le 05.12.2018 12:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et Esther Alder?

    Guillaume Barazzone a pris ses responsabilités (il ne se représente plus). Quid de la verte en taxi??

  • Tom Nov le 05.12.2018 12:11 Report dénoncer ce commentaire

    Et la suite ?

    Ok, mais cela ne doit pas enlever que ces gens ont trahi la confiance des genevois ! Un seul a pris conscience et a pris ces responsabilités... Et les autres ????

  • Valerie Martin le 05.12.2018 12:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et la suite ?

    ... la mise en conformité des certificats de salaire! cela voudrais dire qu'il y manque certains revenus qui devraient être imposable ? Le services de salaires est incompétent ou des ordres d'oubli ont été demandés par les autorités ? Le service des impôts devraient aussi retaxer ces élus rétroactivement sur les montants soustraits, mais je doute fortement qu'il se passe quoi que ce soit pour ce type de fraudeurs de gauche.

Les derniers commentaires

  • Amelie Merlot le 09.12.2018 11:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aïe

    Ils vont avoir beaucoup de difficultés au quotidien à croiser leurs électeurs dans la rue, les remarques vont être acerbes, et ils vont devoir oublier les beaux discours en publique. Ça va être difficile à gérer. Un peu la honte...enfin.

  • Yenamarre le 06.12.2018 00:56 Report dénoncer ce commentaire

    Justice à 2 vitesses

    Et la Justice que fait-elle dans tout ça. Pourquoi n'y a-t-il pas de plainte pour ces abus de confiance à la carte de crédit entre autres. Qui est habilité à déposer plainte contre ces voleurs ? Un citoyen lambda qui pique dans la caisse que son employeur lui confie, se retrouve viré sur le champ avec dépôt de plainte et arrestation immédiate selon la gravité du cas. C'est quoi cette justice à deux vitesses ? Selon que tu sois puissant ou misérable, les gens de cour te rendront blanc ou noir (Jean de la Fontaine)

    • ricochet le 06.12.2018 02:29 Report dénoncer ce commentaire

      @ Yenamarre

      Tout-à-fait. Ces notes de frais indues sont des actes de gestion déloyale ou d'abus de confiance répréhensible pénalement. Et le rapport de la Cour des comptes n'était que partiel. Les lésés sont les contribuables. Il faut une plainte pour ouvrir une procédure juridique plus inquisitrice que la procédure civile. Des ex.dirigeants de la BCGE en savent quelque chose. Je trouve les médias bien complaisants.

    • Marcel Bonico le 06.12.2018 08:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Yenamarre

      Car la justice est politisée, Il ne faut pas chercher plus loin. Entre copains de partis on s'arrange en principe,

  • Pierre Albert le 05.12.2018 22:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Regarder l'avenir

    Ça ne sert à rien de crier au scandale. Le système était ce qu'il était, avant que la cour des comptes ne mettent le doigt dessus on n'en savait rien. Mais maintenant que le peuple est au courant, la ville et l'état doivent sans délai prendre les mesures nécessaires pour que cela ne se reproduise plus.

    • Achille Talon le 06.12.2018 08:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pierre Albert

      Non non et non car tout ne peut pas être défini, que faites vous de la DEONTOLIGIE des fonctions démocratiques et de l'exercice du pouvoir??? ils sont pénalement responsables de leurs actes et les lois de notre pays sont adaptées!!! Ce n'est pas un règlement d'une république bananière qui va se substituer à cette échelle d'autorité, zut et rezut à la fin, un peu comme si parsequ'il n'est pas défini qu'il faut être honnête, ils ont le droit de voler. Pas d'accord du tout :-(

    • Joan le 06.12.2018 08:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pierre Albert

      Je pense que à la base le système était établi sur une base de confiance, d'intégrité et de bon sens de la part des élus Les dérives sont dûs à l'abus de certains de ces élus. Donc si ces élus, nous ne pouvons pas leur faire confiance, ne sont pas intègres et manquent de bon sens ils n'ont plus rien à faire à la place qu'ils occupent Pour mr Barazzone, c'est bien qu'il ne se représente pas. Au même temps je ne vois pas comment il aurait pu faire autrement Mais il serait mieux de démissionner avec effet immédiat, les prochaines élections sont encore loin abe

    • en passant le 06.12.2018 09:53 Report dénoncer ce commentaire

      @Pierre Albert

      Il en a été de même au Département militaire fédéral ou suite à l'affaire du vol en hélico et des repas aux épouses, la réponse avait été...."il s'agit d'élément coutumier" Donc, je vous rejoint lorsque vous dites que "le système était ce qu'il était"

  • Catherine le 05.12.2018 17:04 Report dénoncer ce commentaire

    les pauvres

    ils me font pitié car pour le restant de leurs jours ils se feront pointer du doigt et subiront des remarques (par derrière) , sur leur abus de la confiance des électeurs.

  • MadeInGeneve le 05.12.2018 17:01 Report dénoncer ce commentaire

    cachez vous

    Et ils continuent de se pavaner en public comme si de rien n'était !!!!!....... A leur place, je me cacherais le visage avec un casque moto, quand je sors, ou je sortirais du bureau que la nuit tombée. On voit à quel point ils se fichent de la confiance des électeurs et à quel point ils se fichent de tout, sauf d'eux-mêmes...... j'ai honte d'être un genevois.