Tarifs TPG

20 août 2014 16:40; Act: 20.08.2014 22:42 Print

La baisse entraînera un déclin des prestations

par Julien Culet - Pour pallier le manque à gagner après le vote du 18 mai, l’Exécutif propose de baisser les prestations.

Sur ce sujet
Une faute?

Diminution des cadences des trams en heure creuse, heure de pointe rabotée le soir, fusion de lignes... Le Conseil d’Etat a dévoilé hier ses solutions pour compenser le manque à gagner entraîné par la baisse des tarifs TPG votée par les Genevois le 18 mai. «Nous avons toujours dit que l’acceptation de l’initiative aurait des conséquences sur les prestations. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre», indique Luc Barthassat, conseiller d’Etat responsable des transports.

Le magistrat précise que les mesures ne suffiront pas à combler les 16 millions de pertes annuelles. «Afin d’éviter 40 licenciements à partir de 2016, j’ai demandé à mes collègues du Conseil d’Etat 5 millions pour combler ce manque à gagner, annonce Luc Barthassat. Mais malheureusement, tout le monde doit faire des économies et je n’ai pas pu obtenir les fonds.» Le Grand Conseil pourra toutefois augmenter par amendement la subvention de l’Etat à la régie.

C’est ce que comptent demander les Verts en commission des transports du Grand Conseil, instance qui va examiner les propositions de l’Exécutif. «On fait fausse route en réduisant l’attractivité des transports publics. C’est inacceptable», estime Lisa ¬Mazzone, cheffe des écologistes et membre de la commission.

Autre son de cloche à droite. «Baisser les prestations était la seule solution, considère le PLR Daniel Zaugg. C’est la conséquence du vote du peuple, à qui on a expliqué deux fois qu’une baisse des tarifs péjorerait l’offre.»