Libération conditionnelle

24 juillet 2018 20:29; Act: 24.07.2018 20:47 Print

La clandestinité plutôt que le renvoi en Italie

Un détenu Ivoirien a demandé à être libéré plus vite pour éviter de retourner dans le pays où ses papiers sont déposés. La justice a refusé.

storybild

La prison Curabilis, où est soigné le détenu après une décompression psychotique. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Une faute?

Voilà qui a le mérite d’être clair: «Libérez-moi plus vite. Je ne veux pas retourner en Italie. Je préfère vivre clandestinement en France ou en Allemagne.» Tel est l’aveu d’un Ivoirien de 26 ans détenu à Curabilis, à Genève, après une série de condamnations pour trafic de drogue.

Sitôt sa peine subie, le condamné, qui a fait une décompression psychotique, doit être transféré en Italie, où il a déposé ses papiers. Il espérait se soustraire à ce renvoi.

Mais, estimant que «la récidive est programmée», la justice a refusé sa libération conditionnelle. Elle évoque le «comportement défavorable» d’un homme qui «n’a pas pris conscience de ses fautes» et qui «n’envisage son avenir que dans la clandestinité»

(chu)