Vernier (GE)

30 janvier 2019 22:46; Act: 31.01.2019 16:48 Print

L’emploi de Français pour Ikea indigne la commune

par David Ramseyer - Le géant suédois avait juré de prioriser le travail local. Sa collaboration avec une société française fâche les autorités de Vernier.

storybild

Le magasin IKEA est ouvert depuis 2010, à Vernier. (Photo: Keystone/Christian Brun)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous sommes outrés!» Le maire PLR de Vernier (GE), Pierre Ronget, l'a dit mardi soir aux élus municipaux et l'a répété dans un courrier qui devait être envoyé ce mercredi à IKEA. L'implantation de l'entreprise suédoise, en 2010, supposait l'emploi en priorité de travailleurs verniolans, ou du canton. Mais voilà: le spécialiste du meuble teste un service de livraison externe géré par la société Trusk, qui emploie des Français, aux conditions et au tarif salarial français. Ce qui n'est pas du tout du goût de la commune.

«Nous nous insurgeons contre ce mode opératoire», dénonce Pierre Ronget. La Municipalité demande à l'entreprise «un changement rapide dans sa manière de faire». Selon le maire, «l'image de marque du géant suédois est aujourd'hui très nettement diminuée». Un rendez-vous avec la direction du magasin devrait avoir lieu dans deux semaines.

Convention bafouée

Même s'il sait que, juridiquement, la démarche d'IKEA pour externaliser ses livraisons n'est pas contestable, elle l'est moralement. Afin de poursuivre une bonne collaboration avec la commune, Pierre Ronget estime que l'entreprise doit adopter «les règles qui conviennent». Mardi soir, le MCG a déposé une résolution devant le Conseil Municipal, avant de la retirer, satisfait de la réaction de l'exécutif. Présidente du parti cantonal et conseillère municipale verniolane, Ana Roch juge que «si au départ, IKEA a bien engagé des travailleurs locaux, aujourd'hui l’entreprise s'assied sur la convention signée à l'origine».

Le spécialiste du meuble n'entend pas commenter les propos des autorités. Il souligne cependant que le test est en phase transitoire. La société Trusk promet de son côté que si l’essai est validé, «on basculera très vite, en mars déjà, sur une équipe suisse avec des contrats suisses».