Genève

02 mai 2015 16:06; Act: 03.05.2015 09:02 Print

La crue record de l'Arve perturbe toujours la ville

par David Ramseyer - La majorité des ponts au-dessus de la rivière restent fermés. Un chantier du CEVA a été évacué. Le niveau de l'eau diminue mais des inquiétudes subsistent. Il n'y a pas eu de blessés.

Voir le diaporama en grand »
04.05.2015 La crue de l'Arve, à Genève. Après s'être mis à baisser dimanche soir, le débit de la rivière est remonté dès 3h dans la nuit, pour atteindre 735 m3 par seconde en fin de matinée. Cette tendance devrait se poursuivre dans la journée de lundi. 02.05 Samedi après-midi, à 15h15, le débit de l'Arve était redescendu à 735 m3 contre 77 en temps normal. La décrue entamée à midi se poursuit. Toutefois, des inquiétudes subsistent, notamment en vue de nouvelles précipitations annoncées pour la nuit. Les pompiers ont placé des planches sur les barrières bordant l'Arve pour contenir un éventuel débordement de la rivière. «Il s'agit du débit le plus important jamais enregistré depuis 1935, date de la mise en place de la centrale de mesure sur l'Arve», a expliqué aux médias François Pasquini, directeur du Service de l'écologie et de l'eau du canton de Genève. La majorité des ponts au-dessus de l'Arve, dont le pont Hans-Wilsdorf, ici à l'image, restaient fermés samedi après-midi. La passerelle de Conches. 02.05 L'Arve est en crue samedi matin. Jamais son débit n'avait été aussi important depuis 1935. L'Arve a noyé des arbres près du pont de Saint-Georges, à la Jonction. Le pont de Saint-Georges à la Jonction. Au quai Ernest-Ansermet, l'Arve a passé au-dessus des promenades le long des rives. Depuis le quai Ernest-Ansermet, le niveau d'eau et le débit, plus de dix fois supérieur à la normale, sont impressionnants. Les pompiers sont à pied d'oeuvre depuis vendredi soir. Des sacs de sable ont été posés devant le siège de la RTS pour prévenir toute inondation. Les promenades le long de l'Arve sont noyées. Le pont Hans-Wilsdorf était fermé ce samedi matin en raison des restrictions imposées le long des berges de l'Arve.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est une longue litanie qu'a égrainée le commandant du Service d'Incendie et de Secours (SIS) Nicolas Schumacher, ce samedi après-midi. Les ponts Hans-Wilsdorf, des Acacias, de la Fontenette, du Val-d'Arve et de Vessy, ainsi que la passerelle de La Bâtie, sont interdits de passage. Il n'y a plus que sur les ouvrages de Carouge et de la Jonction où bus, trams et voitures peuvent circuler. Le trafic est évidemment perturbé en ville, les TPG ont mis en place un service de navettes. Quant aux automobilistes, ils sont déviés de leurs parcours habituels.

Les inondations en sous-sol ont forcé à évacuer les locaux de l'entreprise de parfumerie Firmenich et le bâtiment universitaire de Science II. «On a craint que des produits potentiellement dangereux stockés dans ces sites posent problème», indique le cmdt Nicolas Schumacher. Finalement, pas de contamination à signaler. La crue a aussi provoqué la fermeture pour tout le weekend du centre sportif de la Queue d'Arve ainsi que de celui des Vernets, où une compétition internationale de natation a dû être annulée. Les coureurs du marathon de Genève dimanche devraient par contre pouvoir s'élancer comme prévu. Par ailleurs, un restaurant près du pont de Sierne a été évacué vendredi soir. Enfin, le chantier du CEVA à Carouge, en face du tunnel de Champel, est fermé. Impossible de dire pour combien de temps exactement.

La crue baisse, mais prudence!

Le quai Ernest-Ansermet, où à 10 cm près ce samedi à 9h10 l'Arve a failli déborder, est toujours bloqué au trafic. Une partie des promenades le long de la rivière reste sous l'eau. Les cheminements qui surnagent sont interdits aux promeneurs par mesure de précaution. La Pointe de la Jonction est inondée. Alors que des milliers de Genevois sont venus et viennent toujours observer la crue, le patron du SIS insiste: «C'est dangereux d'aller sur les berges, on peut tomber à l'eau où le courant reste très important. Il peut y avoir aussi des glissements de terrains.» L'Arve charrie des branches et même des arbres entiers, des pneus et des gravats. Le débit de la rivière - douze fois supérieur à la normale en milieu de matinée, soit le plus important jamais observé depuis 1935 - a diminué. Peu après 15h, il était tout de même de 735m3/seconde alors que la moyenne de ces derniers jours était de 77m3/seconde!

Même si la situation est sous contrôle, dixit le SIS, «le souci est que de nouvelles précipitations sont annoncées cette nuit», s'inquiète le Service cantonal de l'écologie de l'eau. Les pompiers acquiescent, en précisant que tous les moyens techniques et humains sont prêts à être engagés. «La situation est difficile, c'est vrai. Mais la mobilisation et la coordination des services de la Ville et du canton ont été remarquables», applaudit le maire de Genève Sami Kanaan.

En tout, une quarantaine de sites sont touchés par les inondations. Heureusement, aucune victime n'est à déplorer.
Prévoir l'évolution de la situation, provoquée par la fonte des neiges et de très importantes pluies en Haute-Savoie, reste aléatoire ces prochaines heures, clament en chœur les services de secours et les experts. La prudence reste donc de mise.


(dra)