Chêne-Bougeries

24 septembre 2008 19:17; Act: 24.09.2008 19:29 Print

La fresque controversée du cimetière a été effacée

La fresque réalisée sur le mur du cimetière de Chêne-Bougeries (GE) par le collectif d'artistes «Affiche sauvage» a été effacée mercredi.

Sur ce sujet
Une faute?

La décision a été prise par le comité de coordination culturelle chênois, qui représente trois communes.

Certains dessins, comme celui qui montrait un diable en train de copuler avec un ange, ont choqué une partie de la population. La Mairie de Chêne-Bougeries a d'ailleurs reçu plusieurs plaintes d'habitants mécontents, a fait savoir mercredi son secrétaire général Raphaël Gailland.

Le projet de fresque avait été retenu dans le cadre de la biennale d'art des communes de Chêne-Bougeries, Chêne-Bourg et Thônex. Cet évènement est organisé par le comité de coordination culturelle chênois. Selon M. Gailland, l'oeuvre qui a été peinte sur le mur ne correspondait pas à celle qui avait été commandée.

«Affiche sauvage» s'insurge

Le collectif d'artistes «Affiche sauvage» a vivement réagi à la «destruction au kärcher» de sa fresque. Il regrette que des centaines d'heures de travail aient été réduites à néant «parce que des notables ne peuvent supporter la vision d'un démon qui s'accouple avec un ange». Cette scène voulait simplement symboliser l'union du bien et du mal.

«Affiche sauvage» estime que son oeuvre, intitulée «Procession vers le jugement dernier» a été «assassinée, et avec elle la liberté d'expression». Le collectif exige la remise en état de la fresque «victime d'un acte de vandalisme». Les dessins étaient assurés pour une valeur de 30 000 francs.

(ats)